Girls on Film

Après les repoussoirs (ici), les actrices qui m’ont convaincu en 2017. Et quand je dis « convaincu », il faut bien entendu comprendre convaincu et convaincu.
Sans ordre particulier là encore:

Naomi Watts dans Twin Peaks, the Return et Gypsy

Pas de classement mais j’ai spontanément pensé à elle au moment de me lancer dans ce top. Soccer mom ultime (Twin Peaks) ou psy sophistiquée (Gypsy, à chier,  et que j’ai abandonnée au bout de quelques épisodes), elle a écrasé la concurrence à tous les niveaux. Convaincu et convaincu donc. Je parle même pas de Mulholland Drive que j’ai revu cette année encore et dans lequel elle est au-delà des mots et des éloges.

 

Carice Van Houten dans Game of Thrones et Brimstone

On la voit à peine dans GoT (et pas à poil), un peu plus dans Brimstone (pas à poil non plus) mais je sais pas, elle m’obsède un peu en ce moment. J’ai même rêvé d’elle 2 fois (ici et ici). Du coup j’ai revu le génialissime Black Book de Paul Verhoeven (beaucoup à poil).

 

Alessandra Mastronardi dans Master of None

Monica Vitti / Sophia Loren / Virna Lisi / Claudia Cardinale / Laura Antonelli / Stefania Sandrelli / Ornella Muti / Ilona Staller / Monica Bellucci / Violante Placido / Alessandra Mastronardi.

 

Rebecca Ferguson dans Le Bonhomme de Neige et Life : origine inconnue

J’ai fait mienne la maxime de Ron Swanson dans Parks & Recreation : “I’m a simple man. I like pretty, dark-haired women and breakfast food.” Entrée fracassante et durable dans mon top filles depuis que je l’ai découverte dans Mission Impossible 5 donc.

 

Julianne Moore dans Kingsman 2

C’est marrant, si j’ai toujours trouvé que c’était une super actrice, j’ai jamais été trop sensible à son charme mais je la trouve de plus en plus belle avec l’âge. Dans Kingsman 2, avec sa garde robe rétro-chic et ses manières désuètes, elle est à tomber.

 

Cate Blanchett dans Thor : Ragnarok

Idem. Pire même : elle avait plutôt tendance à me gonfler, y compris physiquement. J’ai eu un déclic dans Blue Jasmine : j’ai trouvé qu’elle allait à fond dans le grotesque et qu’on voyait bien qu’elle en avait rien à foutre de ce qu’on pouvait penser de sa tronche ou de son personnage (très antipathique dans le cas où t’aurais pas vu le film). J’adore ça chez un acteur/une actrice. Je parle pas de Carol il y a 2 ans, elle y était géniale évidemment  mais dans Thor: Ragnarok c’est un peu pareil : elle s’abandonne complètement dans son rôle d’emo-queen, jusqu’au grotesque (au sens propre là encore : aussi bizarre que ridicule et même risible) et ça m’a impressionné. Du coup, c’est con mais j’ai complètement révisé mon jugement et je la trouve de plus en plus belle elle aussi.

 

Karin Viard dans Jalouse

Toujours eu un faible pour elle. Dans Jalouse c’est un peu paradoxal car à la fois elle a un peu pris (je pense même qu’elle a fait des trucs et ça commence à se voir…) et elle est y très pulpeuse. Elle joue mal en plus… Enfin, elle joue mal : le film est à chier, faut voir ce qu’on lui donne à jouer surtout.

 

Jennifer Lawrence dans Mother!

Petite exception fraîcheur dans mon top. Je disais à propose de Natalie Portman que sa perfection m’insupportait : Jennifer Lawrence possède elle aussi une plastique irréprochable, voire lisse diront à juste titre certains et pourtant elle, je sais pas, elle me plaît. Inessplicab.

 

Anaïs Demoustier dans La villa

Exception fraîcheur bis. Evidemment, c’est pas le film où elle est le plus en valeur mais Anaïs Demoustier, dans n’importe quel film (sauf chez Guédiguian), c’est ta voisine étudiante en lettres classiques fan de Rohmer : tu tombes amoureux illico, c’est scientifique.

 

Laura Smet dans Les Gardiennes

Elle ressemble un peu trop à son père, elle a, comme lui, un léger problème niveau coupe-de-bouche, elle joue un peu comme une patate mais elle a aussi du charisme et elle dégage un certain magnétisme. Comme son père finalement.

 

Juliette Binoche dans Un beau soleil intérieur

Le film a pas mal divisé (il me divise d’ailleurs moi-même puisque je sais toujours pas où je me situe à son sujet) mais s’il y a bien une chose sur laquelle tout le monde s’est entendu, c’est sur son actrice principale qui n’a probablement jamais été aussi belle.

 

Virginie Efira dans Pris de court

Pas le film où elle est le plus en valeur mais je l’ai également vue dans Caprice cette année, et là évidemment, c’est pas la même limonade. En plus je trouve qu’elle joue de mieux en mieux et qu’elle fait de bons choix. En plus.

 

Rachel Weisz dans My Cousin Rachel

Membre à vie de mon top filles. Evidemment, c’est pas sa présence dans un period piece victorien qui allait changer la donne, bien au contraire.

 

Sienna Miller dans The Lost City of Z

Alors je la trouve jolie évidemment, puisqu’elle l’est mais c’est surtout que je l’avais trouvée absolument bluffante dans American Sniper, et qu’elle est encore d’une intensité et d’une justesse remarquables dans le film de James Gray. J’aime bien qu’elle se soit révélée un peu sur le tard aussi puisqu’on ne la connaissait jusqu’au film d’Eastwood qu’en tant que vague it-girl/épouse de Jude Law/actrice de 3ème zone.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s