Le sens de la fête – critique

Max est traiteur depuis trente ans. Des fêtes il en a organisé des centaines, il est même un peu au bout du parcours. Aujourd’hui c’est un sublime mariage dans un château du 17ème siècle, un de plus, celui de Pierre et Héléna. Comme d’habitude, Max a tout coordonné : il a recruté sa brigade de serveurs, de cuisiniers, de plongeurs, il a conseillé un photographe, réservé l’orchestre, arrangé la décoration florale, bref tous les ingrédients sont réunis pour que cette fête soit réussie… Mais la loi des séries va venir bouleverser un planning sur le fil où chaque moment de bonheur et d’émotion risque de se transformer en désastre ou en chaos. Des préparatifs jusqu’à l’aube, nous allons vivre les coulisses de cette soirée à travers le regard de ceux qui travaillent et qui devront compter sur leur unique qualité commune : Le sens de la fête. (Allociné)

J’en attendais rien de particulier. En tout cas j’y suis pas allé le couteau entre les dents: j’aime beaucoup Jean-Pierre Bacri et Vincent Macaigne et si je me doutais bien que je les verrai pas dans un film du calibre de Cherchez Hortense ou Tonnerre, j’avais suffisamment confiance en eux pour avoir choisi de tourner dans un film correc.

Et de fait, ça va, c’est pas insupportable. C’est très prévisible, très balisé, très propre (trop, beaucoup trop) mais pas insupportable. Chacun récite sa partition avec savoir-faire sinon conviction, chacun est bien dans son rôle: Bacri le râleur au grand coeur, Macaigne le dépressif balbutiant et sentimental, Gilles Lellouche la grande gueule rigolote etc etc. Chacun dit bien proprement et intelligiblement ses répliques sans que l’agitation ambiante se fasse sentir: ça m’a toujours fait marrer ça, les films où ça s’agite dans tout les sens, avec 40 personnages qui courent tout le temps de partout, des engueulades, des marrades mais ça va, on comprend bien tous les dialogues, chacun attend que l’autre ait fini pour balancer sa réplique. Bref: pendant 1h30 (ça dure quand même 2h cette plaisanterie…), Le sens de la fête est une honnête comédie populaire. J’ai dû sourire 2 fois et lever les yeux au ciel 56 fois mais c’est pas toi, c’est moi on va dire.

Seulement, dans son dernier quart, y a un truc qui m’a vraiment agacé là pour le coup et fait basculer le film du mauvais côté de la barrière.

Le sens de la fête raconte donc la préparation et le déroulement d’un mariage du point de vue de la brigade de traiteurs embauchée pour l’occasion, et dirigée par Jean-Pierre Bacri. Evidemment, y a plein d’imprévus, de bras cassés dans l’équipe (l’un d’eux d’ailleurs… c’est gros putain mais c’est gros… le mec qui arrive à la dernière minute là, sans déconner, comment on peut écrire des trucs aussi énormes? Enfin bref), donc il faut s’adapter (le maître mot de Bacri pendant tout le film).

Le personnage du moustachu là: pas possible.

Mais lorsqu’une énième boulette est commise au moment qui devait constituer le point d’orgue du mariage, il pète les plombs le Bacri. Le patron. Et il engueule ses employés. Le patron. Pire: il les fait culpabiliser. Non parce que merde, lui il est là pour tout le monde, il colmate les brèches, il est accommodant, il rend service mais kiki pense à lui, le sale patron hein? Qui? Je caricature pas, c’est ce qui est dit, sans ambiguïté: le gentil patron à bouts de nerfs vs les employés ingrats. Et je parle même pas du parallèle pas bien difficile à dresser entre Bacri, chef d’orchestre de la soirée et Nakache/Toledano, chefs d’orchestre de l’équipe de tournage.

Mieux: cette scène un peu dingue en suit une autre au cours de laquelle, croyant qu’un type rôdant autour de la salle de mariage est un inspecteur de l’URSSAF, Bacri nous sort le couplet sur les petites entreprises obligées d’employer les gens au noir, vous comprenez, nous on y arrive pas sinon, on y arrive pas nom de Dieu (là encore, je caricature pas, c’est dit quasiment comme ça mot pour mot).

Ca c’est pas possible. On passe de gentille comédie sans conséquence à véritable tract pour la Macronie. J’ai rien contre Nakache et Toledano, dont je n’avais d’ailleurs vu aucun film jusque là, je les avais même plutôt à la bonne: ils ont l’air sympa, humbles et après les 20 millions d’entrées d’Intouchables, ils filment l’histoire d’amour d’une travailleuse sociale et d’un sans-papiers (Samba), c’est pas anodin quand même. Mais ce plaidoyer pour le petit patron volontaire qui se débat alors qu’il est pilonné par les charges salariales et emmerdé par des collaborateurs pas cools, c’est… Bah c’est la France de 2017.

Un beau soleil intérieur – critique

Isabelle, divorcée, un enfant, cherche un amour. Enfin un vrai amour.
(Allociné)

Je sais pas pourquoi je suis allé voir ce truc alors qu’en tombant sur l’affiche dans la rue, le titre, la tronche de Binoche et la longue liste d’acteurs autour d’elle je me suis dit « popopopo c’est quoi cette horreur? »

Et en fait c’est pas si terrible que ça. C’est à la fois insupportable et juste, parfois drôle, volontairement et involontairement, parfois touchant, parfois gênant.

A un moment, la Binoche est dans son lit, elle a manifestement pleuré. Elle se redresse un peu, suffisamment pour dévoiler son oreiller taché de larmes et de bave-du-coin-des-lèvres.

A un autre moment, elle et quelques confrères du monde de l’art contemporain (elle est artiste) se rendent dans la Creuse pour un festival. Ils se baladent dans la nature et commencent à pérorer à tour de rôle sur la vraie campagne, ses paysages de rien pourtant magnifiques etc etc (parmi les pédants,  Bruno Podalydès et Bertrand Burgalat notamment). La Binoche explose alors, excédée et les renvoie à leur vanité / fatuité.

Tout ça pour dire qu’Un beau soleil intérieur prête souvent le flanc à la caricature mais qu’il semble en avoir conscience et c’est ce qui le rend intéressant: on a l’impression d’une tension et d’une recherche permanentes du ton juste, de la distance juste, difficile mais tenace, de la même manière qu’Isabelle, le personnage interprété par Juliette Binoche, cherche l’amour, le vrai.

« On a ri mais on a ri ! »

C’est assez courageux quelque part de réaliser un film aussi français, c’est à dire qui place la parole et les atermoiements amoureux au centre des enjeux (je synthétise), tout en en ayant conscience et en essayant donc de proposer quelque chose d’un peu nouveau ou, au moins, d’un peu différent. Pas toujours facile de trouver des variations autour du champ-contre champ, Claire Denis y parvient en scrutant les visages de très près, notamment celui de son actrice principale dont le film pourrait être un portrait en réalité (ce que tendrait à confirmer l’amorce de l’étonnant générique de fin).

Un beau soleil intérieur se termine nettement mieux qu’il n’a débuté, avec un enchaînement de scènes remarquables: d’abord drôle grâce au toujours génial Bruno Podalydès puis touchante avec l’énième confrontation d’Isabelle avec l’un de ses amants et enfin quasiment mythique grâce au gros Gégé, le seul, l’unique, ici dans le rôle pas du tout innocent du révélateur.

A voir donc je pense.
Après évidemment, il faut être capable
1. de se cogner un film qui s’intitule « un beau soleil intérieur ». C’est pas donné à tout le monde.
2. aussi belle soit-elle, et elle est vraiment très belle, de supporter des scènes où la Binoche pleurniche sur fond de jazz chiant. Ca aussi c’est costaud.
Parenthèse: le jazz chiant est signé, comme quasiment toujours chez Claire Denis, Stuart Staples des Tindersticks ici en mode non-mais-sans-déconner : j’ai toujours tenu les Tindersticks pour un des groupes les plus surestimés qui soient mais alors là le mec se surpasse dans l’indigence.

Et c’était pas vraiment une parenthèse car j’ai fini.

Ôtez-moi d’un doute – critique

Erwan, inébranlable démineur breton, perd soudain pied lorsqu’il apprend que son père n’est pas son père.
Malgré toute la tendresse qu’il éprouve pour l’homme qui l’a élevé, Erwan enquête discrètement et retrouve son géniteur : Joseph, un vieil homme des plus attachants, pour qui il se prend d’affection.
Comme un bonheur n’arrive jamais seul, Erwan croise en chemin l’insaisissable Anna, qu’il entreprend de séduire. Mais un jour qu’il rend visite à Joseph, Erwan réalise qu’Anna n’est rien de moins que sa demi-sœur. Une bombe d’autant plus difficile à désamorcer que son père d’adoption soupçonne désormais Erwan de lui cacher quelque chose…(Allociné)

Tiens si je parlais d’un film que j’ai pas aimé ? Oh ça va, pour une fois… En plus il est sorti y a un petit moment déjà, c’est dire si on s’en cogne. Seulement, y a un truc qui me chiffonne et faut que ça sorte.

J’y suis allé sur la foi de la bande-annonce et de mon « affection » pour Cécile de France. J’use de guillemets car le mot est sans doute un peu fort. Disons que je la considère très bonne actrice et que j’aime bien le personnage, l’image qu’elle renvoie. Je garde en tout cas un souvenir fort de ses prestations dans Au-delà et Le Gamin au vélo (entre autres).

J’essaie pas de me justifier d’avoir vu cette merde mais bon… C’est pas vraiment une merde d’ailleurs, c’est surtout un gentil téléfilm du samedi soir sur France 3 (ou du vendredi soir sur Arte: Ceux Qui N’ont Pas De Vie savent). Y a vraiment tous les ingrédients, à commencer par le plus important, le contexte provincial très « Reflets de France »: le Morbihan, ses petits ports sympas, sa douceur de vivre à l’aise breizh, ses… démineurs? Ah ok. Tu remplaces Cécile de France et François Damiens par Cristina Reali et Bruno Wolkowich et on est bons. Ôtez-moi d’un doute est tellement confortable en vérité qu’on devrait distribuer des plaids à chaque spectateur à l’entrée de la salle.
On y remarque aussi très rapidement l’absence tout autant essentielle de certains ingrédients, à commencer par le cinéma. Ceci dit y a une petite qualité d’écriture ici et là… Ca pantoufle sévère mais on s’ennuie pas vraiment. Jusqu’à la conclusion, que je trouve incroyablement faux-cul et glauque.

Il a déjà fait un vrai bon film François Damiens ? (question purement rhétorique, j’ai déjà ma petite idée)

Spoilers à gogo: les personnages principaux interprétés par Philippe Caroit et Ingrid Chauvin, qui sont très attirés l’un par l’autre, pourraient avoir le même père. OK. Ils font donc un test de paternité, ou un test ADN, je sais plus et on s’en fout et en gros, au moment où ils ouvrent l’enveloppe pour découvrir les résultats, soit ils se sautent dessus, soit ils repartent la queue entre les jambes (oui je suis vulgaire mais c’est ce que dit et montre littéralement la scène en question).

Évidemment, les résultats sont négatifs: ils n’ont pas le même père, ils peuvent niquer en toute impunité. Normal, on est au cinéma, on est là pour montrer des gens qui s’aiment et niquent, pas des gens de la même famille qui s’aiment mais ne niquent pas.
Mais alors que ce serait-il passé si les résultats s’étaient révélés positifs? Parce que le film joue énormément là dessus en réalité. On nous montre les 2 personnages la langue pendante, le regard de braise pour elle, le bout tout rouge pour lui, putain, ils ont même réservé une chambre d’hôtel en prévision de l’issue qu’ils souhaitent tous les deux ardemment ! La réalisatrice joue sur un suspense sacrément tordu, à tel point qu’on pense pendant tout le film, mieux, au cours même de la fameuse scène de la révélation, qu’ils sont bien (demi)frère et sœur.

Je sais pas, évidemment on est pas dans Game of Thrones, et j’aurais pas souhaité que l’issue soit différente et qu’ils vivent un amour incestueux mais je trouve ça hyper glauque de nous les montrer en train de se consumer de désir tout en nous laissant imaginer qu’ils aient le même père. Tout ça dans un feelgood movie de base, une sorte de chronique familiale qui vire à la comédie romantique. Tranquille.

Bon après, de quoi je parle là ? Ôtez-moi d’un doute est évidemment tout naze et parfaitement dispensable, c’était juste une réflexion comme ça, pour dire rien du tout.

Marie-Francine – avant-première Gaumont Toulouse

Trop vieille pour son mari, de trop dans son boulot, Marie-Francine doit retourner vivre chez ses parents… … à 50 ans ! Infantilisée par eux, c’est pourtant dans la petite boutique de cigarettes électroniques qu’ils vont lui faire tenir, qu’elle va enfin rencontrer Miguel. Miguel, sans oser le lui avouer, est exactement dans la même situation qu’elle. Comment vont faire ces deux-là pour abriter leur nouvel amour sans maison, là est la question… (Allociné)

Le film n’est pas parfait, inégal comme souvent chez Valérie Lemercier, mais traversé de gags, répliques et détails fulgurants. On y évolue dans un contexte grand bourgeois qu’elle affectionne et connaît bien, sa zone de confort pourrait-on dire.

La nouveauté, c’est que Marie-Francine bifurque assez rapidement de la comédie pure vers la comédie romantique, lorsqu’au bout de 20 minutes, le personnage de Miguel, interprété par Patrick Timsit, fait son apparition. Là non plus, tout n’est pas parfait (un petit côté Au théâtre ce soir dans la résolution toute en quiproquos et portes closes qui pourrait être charmant mais se révèle surtout désuet) mais leur couple fonctionne très bien (à la fois leurs personnages et, plus étrangement, les 2 acteurs ensemble). C’est touchant et c’est en grande partie ce qui permet au film de laisser une bonne impression (sans oublier la bo très Schnocko-pompidolienne à base de Michel Legrand/Nana Mouskouri, Moustaki, Aznavour).

La séance était donc suivie d’une rencontre-débat avec Lemercier, Timsit et le producteur du film, Edouard Weil. Une petite demie-heure un peu brusquement écourtée: j’ignore si c’est ce qui était prévu au départ ou si ça a été décidé sur le moment. Parce que bon… Complètement hallucinantes les interventions/questions du public.

Ca démarre avec une personne en chaise roulante et s’exprimant avec difficulté. Elle tient à rendre hommage à Timsit pour ses gags sur les handicapés. Bon. S’en est suivi l’hommage d’une vieille dame à Valérie Lemercier pour sa représentation des retraités dans le film (ses parents, interprétés par les excellents Hélène Vincent et Philippe Laudenbach). C’est peut-être pas très parlant là comme ça mais honnêtement, une telle entrée en matière, sur le coup, j’ai cru à un sketch.

3ème intervention, un type situé à 3 places de moi demande la parole: « Alors Patrick, est-ce que Valérie est bonne au plumard ? » Avèque l’accent cassoulet bien sûr. Grosse gêne chez les principaux intéressés qui se montrent néanmoins de très bonne composition. Quant à moi je suis atterré.

Et ça continue : y a le type qui trouve Timsit (à qu’il il s’adresse d’ailleurs en l’appelant « Timsit » genre « Bonsoir Timsit« ) super en tant qu’acteur mais qui aimerait bien qu’il refasse des one mans shows, il aimerait bien le revoir sur scène, c’est dommage d’avoir arrêté. Bonne pâte là encore, mais un tantinet agacé quand même (on le serait à moins), le comédien lui rappelle gentiment qu’il vient de finir la tournée de son dernier spectacle et qu’il a justement joué à Toulouse en novembre dernier.

Valérie Lemercier, Patrick Timsit, Edouard Weil et un type du Gaumont (le directeur?)

Y a ensuite le gars qui demande à Valérie Lemercier si elle pourrait pas lui faire une petite imitation de son personnage des Visiteurs, vraiment ça lui ferait super plaisir. Fort aimable là aussi malgré un agacement bien légitime, Lemercier esquive élégamment en rappelant que Les Visiteurs c’était quand même il y a 25 ans, qu’elle était seulement actrice et encore, uniquement dans le premier volet. Sans compter que dans le film qu’on venait de voir, un des personnages justement… (je spoile pas).

Y a aussi le gars qui a trouvé le film super et qui aimerait bien savoir quand le DVD sera disponible. Très patiente là aussi, Valérie Lemercier lui fait remarquer qu’il faut quand même que le film sorte d’abord en salles (le 31 mai). Un autre rebondit :

– Avez-vous d’autres projets de film?
– Ben déjà, on va laisser sortir celui là mais sinon, non, j’ai juste l’intention de passer mon permis de conduire.

Bim, un autre prend le micro:

– Alors moi Valérie, j’ai une SUPER idée de film pour la suite, c’est tout simplement « Je passe le permis ».
– Ha ha, oui, pourquoi pas, c’est vrai que ça s’annonce compliqué…
– Non mais vraiment, je crois que ça serait un SUPER film, vous devriez y réfléchir.

Là tu te dis peut-être que j’avais qu’à poser une question plus intelligente puisque je suis si malin que ça mais je laisserai le grand George Costanza te répondre:

Non mais sur le coup, je suis atterré voire embarrassé, de constater à quel point les gens n’ont pas de filtre et prennent la parole n’importe comment pour dire n’importe quoi (non mais sans déconner, le mec qui demande si Lemercier est « bonne au plumard », merde quoi !) mais avec le recul je trouve ça presque touchant quelque part. C’est touchant de les entendre parler avec autant de franchise et de se rendre compte qu’ils ont toujours le réflexe de se raccrocher à ce qui les concerne en premier lieu, de tout ramener à eux (paraît même que certains créent des genres de sites internet où ils racontent ce qu’ils font, ce qu’ils ont vu, rêvé, que sais-je encore).

C’était donc une bonne soirée, je crois que je vais désormais me rendre plus souvent à ce type d’avant-premières.

 

#45 La vérité si je mens! 2

Dans le quartier du Sentier, Eddie Vuibert, Dov et Yvan sont confrontés aux procédés pour le moins expéditifs de leur nouveau client, Eurodiscount, une chaîne européenne d’hypermarchés. Karine, lasse des turpitudes de son volage époux, Dov, le chasse du foyer. La bande de copains se disloque. Dov et Patrick partent tenter leur chance sous le soleil de Californie, tandis qu’Eddie et Yvan font les marchés. Entre temps, Serge, devenu livreur, noue une idylle avec Chochana Boutboul, une jeune fille de bonne famille à qui il fait croire qu’il est très fortuné. C’est alors qu’Eddie découvre que sa faillite dépasse le simple échec commercial et qu’il a été victime d’une scandaleuse escroquerie. Dès lors, il décide de se venger et conçoit un plan qui va réunir et mobiliser tous ses amis. (Allociné)

Là je sais pas trop quoi dire en fait… C’est pas mon registre humoristique de prédilection (c’est quoi comme registre d’ailleurs ?), c’est pas une comédie subversive, transgressive, novatrice, loufoque, absurde etc. Y a même pas tant de gags que ça en réalité. Et puis c’est casse-gueule, potentiellement très caricatural, voire pire. Mais le regard porté est plus tendre que réellement moqueur et ça me fait beaucoup rire, tout simplement.

Et « ça », c’est évidemment José Garcia qui trouve ici son meilleur rôle et bouffe l’écran à chacune de ses apparitions. Il bouffe en tout cas Richard Anconina qui n’est le rôle principal que sur le papier. Le génie du mec dans ce rôle de shalala loser… La vérité si je mens! 2, c’est José Garcia / Serge Benamou, point barre ! L’inverse est également vrai parce que bon, au final, il a fait quoi le José ? Ses prestations dans Nulle Part Ailleurs s’apparentaient davantage à de la bouffonnerie, c’était sympathique mais bon … Au cinéma ensuite, rien de bien significatif, et rien tout court depuis pas mal d’années maintenant.

#41 Les sous-doués passent le bac


Bébel et ses petits camarades du Cours Louis XIV, sont réputés pour être des fainéants et d’invétérés farceurs. Leur lycée est même dernier du classement au baccalauréat avec 100% de recalés à l’examen! Après une plaisanterie qui tourne mal, les trublions se retrouvent obligés d’obtenir leur bac à tout prix, tout en rusant et trichant, s’ils ne veulent pas finir en prison…
(Allociné)

Comme La Chèvre, Les Bronzés font du ski ou Papy fait de la résistance, un film-de-quand-j-étais-petit qui, à ce titre, défie et rend inutile toute analyse critique ou objective : je l’ai vu un nombre incalculable de fois et je le revois encore à chaque diffusion télé, je m’en lasse pas. Je rappelle que Daniel Auteuil avait 30 ans quand le film est sorti : 12 ans de différence entre le rôle et l’interprète, ça doit être un genre de record du monde de foutage de gueule dans le genre.

#33 Papy fait de la résistance

papy-fait-de-la-resistanceEn 1943, les Bourdelle se voient eux aussi envahis par les Allemands, et se retrouvent logés à la cave. Le fils, GuyHubert, dissimulé derrière les traits d’un coiffeur homosexuel, est en fait Super-Résistant, sorte de Zorro du moment, et qui complote contre les nazis. (Allociné)

Sans doute la comédie, voire le film que j’ai le plus vu de ma vie. Il serait inutile de répertorier toutes les répliques et expressions que j’en ai gardé dans mon langage quotidien, il y en a beaucoup trop. J’ai vraiment fait chier beaucoup de monde et pendant très longtemps avec ce film (série en cours).

Avec le recul critique de l’âge adulte, et presque 35 ans après sa sortie et son premier visionnage, j’en suis toujours extrêmement fan. Je pense que c’est une vraie bonne comédie, bien foutue, bien rythmée, avec un parfait équilibre entre ancrage réaliste (disons plutôt « vraisemblable ») et fantaisie débridée (pour ne pas dire « portnawak complet »).

Et puis c’est assez osé : le final, parodie d’un numéro des Dossiers de l’écran, qui démystifie et écorne le mythe des résistants, fallait… oser, précisément. « De plus je sais que c’est Super Résistant qui a étranglé froidement de ses mains le nain Enrique parce qu’il couchait avec Colette sa sœur !!! » Fantastique Gérard Jugnot dans le rôle d’Adolfo Ramirez Jr, fils de collabo exilé en Colombie. Quand on voit ce film, son énergie, son inventivité, et son iconoclasme donc, on se demande plus que jamais comment ces mecs (et ces filles) là ont pu devenir aussi conformistes voire, pour certains, puants (entre ici, Christian Clavier)…

Quoiqu’il en soit, Papy fait de la résistance représente une sorte d’apogée pour eux, en même temps qu’un point de non retour : le film allie leur habituel esprit corrosif à celui d’une « grosse » (eine grösseu) comédie populaire française à la Gérard Oury. Gros budget, casting « Cérémonie des Césars« , acteurs patrimoniaux (Maillan, Galabru, et on aurait même dû avoir De Funès), je me souviens que le film était présenté comme un énorme événement à l’époque et qu’il avait quasiment fait de l’ombre au Retour du Jedi qui sortait au même moment.
Mais après Papy…, c’est fini pour le Splendid : Michel Blanc (déjà à peine présent ici) se barre avec Patrice Leconte et Jean-Marie Poiré collabore de plus en plus étroitement avec Clavier seul pour des projets de plus en plus hystériques, et de moins en moins réussis. Le génial Mes meilleurs copains fait figure d’exception.

#25 Liberté-Oléron

LIBERTÉ-OLÉRON
Jacques (Denis Podalydès), 38 ans, part en vacances à l’Ile d’Oléron avec ses quatre enfants. Lassé des jeux de plage, il a cassé sa tirelire pour s’acheter un voilier, version dériveur lesté, baptisé « Liberté-Oléron », avec lequel il a décidé de rallier l’île d’Aix, distante de cinq kilomètres. Bien qu’incompétent en voile, Jacques déclare à sa famille qu’il est le seul maître à bord.
(Allocine)

De Bruno Podalydès, on retiendra certainement Dieu seul me voit, son film le plus unanimement reconnu comme une œuvre majeure, même si tous sont salués pour leurs nombreuses qualités (y compris l’incompréhensible accident industriel Bancs Publics, l’exception qui confirme la règle pour moi). Mais ça n’est pas une comédie au sens granderemisesque du terme, et surtout, je l’avoue, c’est un film qui m’ennuie un peu.
Celui-ci en revanche est plus ouvertement comique de bout en bout : même son désormais célèbre passage du pétage de plombs sur le bateau provoque l’hilarité (jaune, certes). A la revoyure, on réalise que ce passage survient de manière assez brutale mais qu’il était larvé dans ce qui précède : le film fait preuve d’une vraie méchanceté, voire cruauté de bout en bout. C’est en tout cas un classique instantané selon moi et un film qui supporte merveilleusement le poids des années et des multiples visionnages.

#23 Jacky au royaume des filles

Jacky au royaume des filles

En république démocratique et populaire de Bubunne, les femmes ont le pouvoir, commandent et font la guerre, et les hommes portent le voile et s’occupent de leur foyer. Parmi eux, Jacky, un garçon de vingt ans, a le même fantasme inaccessible que tous les célibataires de son pays : épouser la Colonelle, fille de la dictatrice, et avoir plein de petites filles avec elle. Mais quand la Générale décide enfin d’organiser un grand bal pour trouver un mari à sa fille, les choses empirent pour Jacky : maltraité par sa belle-famille, il voit son rêve peu à peu lui échapper… (Allociné)

La critique du film ici.

#21 Les Gamins

les_gamins

Tout juste fiancé, Thomas rencontre son futur beau-père Gilbert, marié depuis 30 ans à Suzanne. Gilbert, désabusé, est convaincu d’être passé à côté de sa vie à cause de son couple. Il dissuade Thomas d’épouser sa fille Lola et le pousse à tout plaquer à ses côtés. Ils se lancent alors dans une nouvelle vie de gamins pleine de péripéties, persuadés que la liberté est ailleurs.
Mais à quel prix retrouve t-on ses rêves d’ado ?… (Allocine)

J’en parle ici.

Ca peut paraître dingue de hisser ce film aussi haut, d’autant qu’il n’a que 2 ans, mais je l’ai revu il y a peu et malgré quelques grosses maladresses, je l’aime vraiment beaucoup. Je le trouve extrêmement drôle, tout simplement. Il réussit à jeter un pont entre comédie américaine et comédie française comme je le dis dans mon billet originel (dans le registre humoristique mais aussi avec la problématique globale de l’enfulte, ou de l’adulescent, pour résumer) mais aussi entre 2 générations de comiques français: Chabat, vraiment excellent pour une fois (en tant qu’acteur je veux dire), semble passer le relais à Boublil.
Et puis quand on voit ce qu’est devenue la comédie d’ici ces dernières années (ce weekend j’ai vu Camping 3 par exemple. Et il faut le voir pour le croire), à l’exception notable des films d’Antonin Peretjatko ou Riad Sattouf, Les Gamins prend d’autant plus de valeur donc voilà.