Top cinéma 2018 – Non

Suite du top ciné avec des films dont certains auraient pu, voire dû, figurer dans le flop. Consultable ici.

The Passenger

Prototype du film-du-dimanche-soir-sur-TF1. C’est nul sur tous les plans (scénario, action, dialogues) mais on passerait presqu’un bon moment pour peu qu’on sache dès le départ où on a mis les pieds. Ou LE pied, de préférence le gauche. C’est presque un nanar en fait. De là à le mettre dans la catégorie des « oui », faut quand même pas déconner non plus.

J’espère qu’ils lui ont filé un peu plus que ça car il paie de sa personne.

 

Le Grand jeu

Sur le coup, nul mais plaisant (j’en parle ici). Avec quelques mois de recul, simplement nul. Un peu péteux en plus alors que le film n’a rien à dire et le dit mal. C’était quand son dernier bon film à la Chastain ?

 

Predator

Celui-là j’ai vraiment hésité à le mettre dans mon flop tellement je l’ai trouvé naze. De Shane Black, scénariste bénéficiant d’une aura, voire d’un culte totalement incompréhensible voire injustifié selon moi, je n’aime vraiment que Last Action Hero au final. Et comme par hasard, il raconte que c’est son scenario qui lui a le plus échappé… Bon, tout ça pour dire que dans les années 80, passe encore, quand t’as 12 ans, pourquoi pas, mais en 2018, et passé 12 ans donc, un type qui trouve super cool, au premier degré, de montrer des mecs bien burnés qui s’appellent Nebraska enchaîner les clopes et balancer des répliques nanardesques en pensant qu’elles sont super cool: NON. C’est mal branlé en plus, comme si le film avait été remonté 15 fois pour essayer de le faire tenir debout (il me semble avoir lu que c’était le cas en fait).

Violents les gilets jaunes ricains.

 

Red Sparrow

Ici.

 

Carnage chez les Muppets

Je le sentais plutôt bien dans un registre post-neo-comédie trash (sic) mais c’est raté. C’est pas catastrophique non plus, ça se regarde (d’autant que c’est très court, 1h15) mais ça a le défaut classique de ce type de comédies : ça cherche à choquer avec de chercher à faire rire. C’est même pas vulgaire (c’est grossier en revanche, très même, c’est donc pas DU TOUT pour les enfants), c’est juste qu’on a vraiment le sentiment un peu triste que les mecs (auteurs) s’imaginent que plus de drogue, de sexe, de foutre, de tout, vont suffire à déclencher l’hilarité. C’est dommage car le pitch est plutôt pas mal (les humains et les muppets vivent ensemble, les muppets étant souvent considérés comme des citoyens de seconde catégorie) et que le film réunit 2 des meilleurs talents comiques féminins actuels, Melissa MacCarthy et Maya Rudolph. Sans surprise, leurs scènes sont les meilleures. Enfin, preuve ultime qu’on a à faire à une comédie poussive qui a conscience de l’être : on a droit en conclusion à 10 minutes de générique/making of/bêtisier. Triste.

La réponse est: oui, on lui voit la touffe.

 

Game Night

Ici.

 

Blackkklansman

On s’ennuie pas, c’est bien fichu (même si assez hénaurme passée la base de faits réels dont le film s’inspire) mais qu’est-ce que c’est lourd et didactique nom de Dieu… Est-ce qu’on voit trop le film avec notre regard d’Européen, forcément plus distanc(i)é ? Je sais pas: si on compare avec un film comme Detroit par exemple, qui lui aussi « défend » la cause noire (je synthétise volontairement), ça fait vraiment mal pour Blackkklansman. Et pour Spike Lee.

Et pour John David Washington qui souffre de la comparaison avec les autres acteurs du film.

 

Ready Player One

Hyper jouissif pendant une demie-heure puis je me suis franchement fait chier. J’en garde rien du tout et je sais pas quoi en dire de plus.

 

En eaux troubles

C’est nul mais c’est gentiment nul : c’est un nanar. Avec un scenario cousu de fil blanc : le trauma initial, le héros-spécialiste-meilleur-au-monde-vous-trouverez-pas-mieux-que-ce-sale-fils-de-pute qui lâche l’affaire et préfère aller siffler des binouzes en Thaïlande, la mission-suicide-que-lui-seul-peut-réussir-vous-trouverez-pas-mieux-que-ce-sale-fils-de-pute, des punchlines débiles (« t’es p’têtre un fils de pute mais t’es pas un trouillard »). Et des « cascades » abracadabrantesques: vous n’allez pas croire ce qui arrive à cet homme confronté à un requin (spoiler: on n’y croit pas en effet). Jason Statham joue comme un pied (qui sent mauvais en plus), la bo devient orientalisante lorsque Li Bingbing ou son père apparaissent, bref, tout va pour le mieux dans le plus manichéen des mondes. Dommage que le studio ait affadi le film après les premières projections tests, on aurait pu avoir droit à un truc beaucoup plus gore et donc jubilatoire. Ou, à l’inverse, avec un peu plus de jem’enfoutisme, à un nanar bien fendard.

« We’re gonna need a bigger chopper »

 

Veronica

J’ai pas passé un mauvais moment mais c’est trop plat, trop conventionnel. Le film ne décolle jamais du scenario qui lui-même colle au plus près au fait divers à l’origine du film. C’est louable car l’histoire est troublante mais c’est aussi sa limite. Après, le contexte, l’environnement sont bien transposés: les cinéastes espagnols (comédies, polars, drames, peu importe) ont toujours un truc pour filmer et retranscrire le quotidien de la classe moyenne ou populaire, via la direction artistique et le registre de langage.

 

Don’t worry, he won’t get far on foot

On s’est beaucoup aimés. Alors quand ça a commencé à se gâter, j’ai essayé de m’accrocher, j’ai voulu continuer à y croire. J’arrivais pas à m’y résoudre alors j’ai passé l’éponge quand la raison me commandais de la jeter (Nos Souvenirs, que je me suis forcé à sauver un tant soit peu malgré l’évidence de sa nullité). Mais là, plus d’excuses, il faut se rendre à l’évidence : RIP Gus Van Sant.

Jonah Hill est très bien en revanche, comme toujours

 

Le 15h17 pour Paris

L’un des films qui s’est fait dézinguer le plus violemment cette année, tous azimuts. Alors oui, c’est nul, évidemment mais 1. vous avez pas vu Brillantissime 2. non mais je déconne pas, vous avez pas vu Brillantissime. Je crois qu’il faut prendre ce film pour ce qu’il est : une manière pour Clint d’aller au bout du bout de la démarche empruntée ces dernières années, qui consiste à filmer des histoires vraies au plus près. Ici donc, en faisant jouer leur propre rôle aux 4 gus qui ont réussi à déjouer une tuerie dans l’Eurostar. Le reste, soit le film qu’il doit élaborer à partir de ça, il s’en cogne, et ça se voit. C’est bien là le problème évidemment, sachant, en sus, que les 4 gus en question ne sont pas des acteurs et jouent comme des patates. Bon, c’est pas grave, il a toujours fonctionné comme ça Clint : des films traités par dessus la jambe et d’autres où il se sort vraiment les doigts. Si on en juge par son intense bande-annonce, son prochain, The Mule, s’annonce grandiose.

 

Comme des rois

Ca fait du bien parfois de voir des films simples, sans prétention, humbles, intelligents etc etc. Des jolis films. Mais ça fait parfois bien chier aussi : qu’est-ce que c’est plat, lisse, sage…Envie de secouer tout ça, ces personnages, ces dialogues, envie un peu bête certes d’entendre des « putain », « merde », « enculé » pour, peut-être, hisser le film au-delà du niveau d’un téléfilm appliqué.

J’espère qu’ils leur ont filé encore moins que ça

 

Cro Man

Déception. Voire grosse déception, tant je suis fan de toutes les productions Aardman. Techniquement irréprochable évidemment, le film est moins « joli » que d’ordinaire. Bon, ça c’est normal : il se déroule comme son nom le suggère durant la Préhistoire. Exit donc la traditionnelle débauche de détails pour anglophiles dont je suis très friand. Non, c’est surtout l’intrigue et son développement, beaucoup trop convenus, qui déçoivent : une banale histoire de parias défiés par les nantis, et qui vont se révéler, se transcender etc etc. Trop facile: ces gars là sont capables de tellement mieux…

 

Les Heures sombres

Un téléfilm BBC de luxe, sans intérêt. Ou un seul: tenter de reconnaître Gary Oldman sous les kilos de maquillage avec lesquels on a plâtré son visage. Pas facile. Dans le genre, mieux vaut mater la série The Crown, aussi cossue et meringuée mais vraiment belle, elle.

Sans déconner, c’est vraiment pas facile.

 

La Forme de l’eau

Encensé de manière assez incompréhensible par la critique (et primé à Venise, on croit rêver), le film a été, par un phénomène de balancier assez naturel, ou en tout cas compréhensible lui, exagérément descendu par l’Internationale Geek. OK, c’est nul mais ça va, pas de quoi s’énerver non plus. Vous avez vu Brillantissime ?

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s