Avengers : Endgame – critique

Thanos ayant anéanti la moitié de l’univers, les Avengers restants resserrent les rangs dans ce vingt-deuxième film des Studios Marvel, grande conclusion d’un des chapitres de l’Univers Cinématographique Marvel. (Allocine)

Wow, le pitch officiel est carrément la feuille de route du studio… Flippant mais rien de plus logique finalement puisque les Avengers et les films Marvel sont devenus des produits à part entière, réduisant l’aspect cinéma à la portion congrue.

Ça y est j’enfonce une porte ouverte. Et je fais que commencer… Mais bon, que dire qui n’ait déjà été dit au sujet de LE film événement du moment ? Et que dire que je n’aie déjà dit dans mon billet sur Infinity War ?

Donc, oui, tout ce que vous avez pu lire ou entendre sur Endgame est vrai: ça dure 3h (un peu moins en vrai), c’est une forme de conclusion des 21 films MCU précédents, y a pas de petite pastille post générique (vous pouvez donc vous barrer dès que les lumières se rallument et gagner 10 minutes sur le soulagement de votre vessie) et Brie Larson/Captain Marvel change de coiffure en cours de route (un bon vieux look de soccer mom aussi incompréhensible qu’indéfendable).

J’aurais également pu mentionner la coupe de footballeur de Jérémy Renner, à l’extrême gauche.

Et puis comme je le disais il y a 2 ans, c’est pas vraiment du cinéma, c’est un assemblage de scènes très inégales, parfois drôles (merci Thor et Chris Hemsworth, vite, une bonne comédie pour lui svp), parfois pénibles voire embarrassantes (ces longues scènes de dialogues à la fois mal écrites et platement filmées qui sont autant la signature de la franchise que les scènes d’action spectaculaires).

Allez, effectivement, je veux bien concéder, comme on peut le lire assez souvent encore une fois, que la nature conclusive de cet opus lui confère une certaine majesté, une certaine ampleur, à défaut de réelle émotion.

Cette tonalité (relativement) mélancolique, est présente d’emblée puisque un bon quart du film (le premier donc) est consacré au deuil, à l’acceptation de l’inacceptable, au fait que la moitié de la population a disparu, comme ça, en un claquement de doigts, y z’étaient là et puis pouf, y sont plus là. Soit dit en passant, la moitié qu’il a supprimé le Thanos, m’est avis que c’est la moitié laborieuse, les immigrés et le lumpenproletariat parce que 5 ans après le drame, c’est encore le gros bordel on dirait : y a des épaves de bagnoles partout dans les rues, des décombres et des pelouses mal entretenues en veux-tu en-voilà. Bravo les WASPs, bon esprit.

Comme toujours, un visuel DE TOUTE BEAUTÉ.

A part ça ? Pffff… J’ai trouvé ça aussi vain et chiant que plaisant, tout en même temps, ce qui peut être vu comme un genre de prouesse j’imagine. On les sent bien passer les 3h quand même…

A ce sujet, et puisque j’ai rien d’autre à dire, j’ai lu un article qui expliquait quand exactement i.e. à quel(s) moment(s) on pouvait s’éclipser pour aller pisser si on avait une trop petite vessie pour un film de 3h. Ça m’a fait sourire. Encore plus quand j’ai vu le film parce qu’en vérité, on peut sortir à n’importe quel moment tant toutes les scènes se valent, nivelées par cette écriture et cette réalisation sans âme qui ont auparavant nivelé les 21 épisodes précédents (ok, quelques jolies exceptions mais si peu).

C’est tout ?

C’est tout.
De toutes façons, même si on vous disait que c’est nul à chier (et ça ne l’est pas), vous iriez quand même le voir.

Publicités

Captain Marvel – critique

Captain Marvel raconte l’histoire de Carol Danvers qui va devenir l’une des super-héroïnes les plus puissantes de l’univers lorsque la Terre se révèle l’enjeu d’une guerre galactique entre deux races extraterrestres. (Allociné)

A chaque nouvelle livraison Marvel, je me pose les mêmes questions et je me fais les mêmes réflexions que j’ai pues formuler dans mon billet consacré à Thor : Ragnarok ou à Avengers Infinity War. C’est ce que je trouve de plus intéressant au final dans cette « franchise » : comment accueillir ces films quand on est cinéphile, quelle sera (ou quelle est, déjà) leur influence sur la production de films, le comportement des spectateurs etc.

Quand tout va bien (Thor: Ragnarok), ou que tout n’est pas à jeter (Avengers Infinity War), j’arrive à trouver des raisons d’espérer, je parviens à relativiser (car, dans mon esprit, les Marvel partent toujours avec des points de débours, ils doivent se donner du mal pour inverser la tendance).

Quand ça se passe mal en revanche…

Captain Marvel n’est pas détestable : c’est simplement un mauvais blockbuster de plus, un produit sans âme, sans personnalité, qui déroule pour la énième fois son petit programme à base de fish-out-of-the-water, de héros (héroïne en l’occurrence) trop fougueux(se), trop tu-dois-apprendre-à-canaliser-ton-énergie-petit-padawan. C’est d’une paresse sidérante mais c’est pas grave au fond, ou peut-être que si justement mais en tout cas, on s’est résignés depuis longtemps.

Son costume est cool

Au bout de 15 minutes pourtant, très rapidement donc, ça m’a fatigué, et je me suis fait cette réflexion, basique certes, évidente sans doute, voire complètement porteouvertenfoncéienne mais j’avais plus que ça en tête : c’est un film de bébé. Un film de bébé pour les bébés que nous sommes. Sans saveur, sans aspérités. Faut surtout pas risquer de perdre qui que ce soit en route. Et puis regarde, y a pas de hasard si on s’attarde 2 secondes sur les bandes annonces avant le film : Alex, le destin d’un roi variation teen sur le mythe d’Excalibur et la légende du Roi Arthur. After, variation teen de 50 Shades of Grey. Puis Mon bébé (carrément ! Ca s’invente pas…), la nouvelle MILF-teen comédie de Lisa Azuelos (« 10 ans après LOL » nous annonce-t-on en préambule. Et parenthèse dans la parenthèse, ça s’annonce grandiose, un candidat très sérieux au Flop 2019). Et enfin Shazam, variation teen sur l’univers des super-héros. Une variation teen d’un film teen quoi : à ce niveau là, j’ai plus les mots…

Je te vois venir : je suis allé voir Une intime conviction dans la foulée. Pas le même genre de film, pas du tout le même public évidemment (j’étais quasiment le plus vieux pour Captain Marvel, quasiment le plus jeune pour celui-là) mais EXACTEMENT les mêmes bandes-annonces avant le film. Tout simplement parce que c’est ça, le cinéma grand public aujourd’hui dans sa grande majorité : des films de bébé.

J’ai pas eu une épiphanie, je sais que c’est la règle depuis très longtemps à Hollywood : on produit avant tout pour un public adolescent. Et c’est pas grave : je continuerai d’aller voir des « gros » films car je suis toujours optimiste et désireux de tomber sur une bonne surprise. J’irai même voir Avengers Endgame dans quelques mois. Mais Captain Marvel est typiquement le genre de film qui me fait maudire George Lucas et Steven Spielberg d’avoir changé la donne à la fin des années 70 en donnant la priorité à ce public de teenagers.

Concrètement, rien de grave encore une fois : Captain Marvel est juste mauvais, avec des scènes d’action sans relief, une écriture d’une paresse insigne, des vannes inoffensives et qui tombent à plat, en plus d’être prévisibles.
J’avoue, ça m’a peut-être aussi simplement déprimé d’être désormais suffisamment vieux pour que « ma » décennie, celle durant laquelle je suis devenu adulte, les années 90 (le film se déroule dans leur 1ère moitié), soit à ce point devenu une source de nostalgie lucrative pour les nouveaux nababs d’Hollywood : la bande originale aligne consciencieusement les tubes indie-rock de l’époque, d’Elastica à Garbage en passant par Nirvana ou Hole, en plus du t-shirt Nine Inch Nails porté par Brie Larson, et des constants clins d’oeil amusés à la technologie dépassée et donc tellement amusante de l’époque. Des clins d’oeil gratuits, jamais (ou presque) valorisés par une véritable recherche créative ni même une contextualisation au sein de l’intrigue. Des clins d’oeil pour des clins d’oeil (d’ailleurs on voit aussi bien des affiches pour le Mellon Collie and the Infinite Sadness des Smashing Pumpkins, sorti en 1995, que pour le Rid of Me de PJ Harvey sorti en 1993).

« Et tou-jours le poing fer-mé »

Heureusement, le final (le dernier quart on va dire) relève un peu le niveau : le côté nanaresque du film n’est plus seulement involontaire et s’affiche avec décomplexion (bien vu Just a Girl de No Doubt sur la scène de fight libératrice) en même temps que le discours féministe (joli « I’m kind of done with you telling me what I can’t do. »). Et puis l' »avènement » ou la « révélation » à elle-même de Carol Danvers, sa prise de possession pleine et entière de tous ses pouvoirs, sa transformation totale et définitive en Captain Marvel, a quelque chose de grisant, il faut bien l’avouer.
Disons qu’au petit jeu, inévitable, de la comparaison avec l’autre film de super-héros « girl power » (Wonder Woman, de la crémerie DC Comics d’en face), Captain Marvel l’emporte sans forcer. Mais putain, c’est pas glorieux…

Avengers: Infinity War – critique

Les Avengers et leurs alliés devront être prêts à tout sacrifier pour neutraliser le redoutable Thanos avant que son attaque éclair ne conduise à la destruction complète de l’univers. (Allociné)

J’allais commencer en posant une question légitime selon moi (« est-ce encore du cinéma? ») et je constate que le pitch « officiel » i.e. celui disponible sur Allociné, fait 2 lignes. Bon.

Et à la fois, le pitch est juste, il dit tout, y a pas tromperie sur la marchandise.

Bon, et donc: est-ce qu’on peut encore parler de cinéma devant un film tel que Avengers: Infinity War ? Si on considère que le cinéma n’est qu’artifice, alors oui, évidemment. On serait même devant un genre d’épitomé… du genre (y a-t-il un seul décor « naturel » dans ce film i.e. autre chose que des fonds verts? Même Édimbourg a l’air étrangement factice.)

Et j’ai aucun problème avec ça, ni avec le tout-spectaculaire dont la série des Avengers (et les films Marvel en général dans une moindre mesure) s’est faite le nouveau parangon. J’ai suffisamment vanté les mérites de certains blockbusters ici-même et puis oh, j’ai pas à me justifier non plus, t’es pas ma mère.

Mon problème avec Avengers: Infinity War est autre mais il est inévitable en un sens, consubstantiel à ce que Marvel construit depuis plus de 10 ans: j’ai eu l’impression de me retrouver devant un gigantesque épisode de série. En effet, le film fait suite aux 2 premiers volets bien sûr, mais également aux autres « épisodes » (tu vois…) de la saga Marvel. Il reprend ainsi les choses très exactement là où Thor: Ragnarok les avaient laissées, il en constitue la suite directe et immédiate.

Mieux : avec sa durée plus-longue-que-la-tienne (2h30 cette plaisanterie quand même), j’ai eu le sentiment de visionner la saison d’une série. Genre 5 épisodes de 30 minutes chacun, bien scandés. Alors ouais du coup, bof bof cette nouvelle saison des Avengers: j’ai bien aimé les 2 premiers épisodes, le dernier aussi mais entre les 2 je me suis un peu fait chier. Comprendre: j’aurais bien sabré 1h ou pas loin…

Après oui, je dis pas, c’est relativement fluide, tout le monde a sa place, son petit moment de bravoure, sa petite réplique qui fait mouche. Et c’est spectaculaire évidemment mais ça c’est quand même le minimum syndical non ? Quoiqu’il en soit, le crossover promis, vendu et priapisé par la geekosphère l’effectue relativement. Nom de Dieu, y a même Peter Dinklage dans un rôle de nain géant (mouarf). Peter Dinklage, de cette série là… Cette série qui depuis 2-3 saisons nous livre régulièrement des épisodes absolument épiques qui n’ont rien à envier aux blockbusters les plus spectaculaires…

Je sais pas, c’est peut-être un débat de vieux con et j’imagine que la grande majorité des spectateurs qui vont prendre un plaisir sincère devant Avengers: Infinity War n’en ont rien à cirer mais des séries qui ressemblent à des films et des films qui ressemblent à des séries, moi ça me chagrine un peu. L’impression que la geekosphère, après la revendication légitime d’une reconnaissance accrue, avait engendré un monstre, mi-cinéma, mi-série donc, mi-noble, mi-impur, qui fait que tout se ressemble, tout se vaut. Peut-être suis-je trop vieux pour ces conneries, tout simplement.

Pour en revenir au film lui-même, la 1ère demie-heure est donc assez cool, entre scènes d’action qui défouraillent bien et dialogues percutants. Dans la lignée de Thor: Ragnarok encore, pour moi la meilleure séquence du film est de loin celle du sauvetage de Thor par les Gardiens de la Galaxie, avec des passes d’armes Chris Hemsworth/Chris Pratt vraiment très drôles.

A vrai dire, je regrette que le film ne se soit pas cantonné à ce registre car après ce cette longue mise en place réussie donc, Avengers: Infinity War se sent comme obligé de densifier son propos, de le rendre plus adulte. C’est ce que je nommerais la « tentation shakespearienne » avec de loooooooongues scènes consacrées à des dilemmes existentialo-familiaux qui pour moi ne fonctionnent pas du tout: les caractères/personnages ne sont pas assez fouillés (et les dialogues pas assez brillants là pour le coup) pour susciter mon intérêt, à défaut de mon émotion. Que BIP soit obligé de tuer BIP pour obtenir BIP et que ça le torture et blablabla, pffffff… Je m’en cogne.

Ce long tunnel adulte et aux aspirations plus classiques est plus ou moins rattrapé par une fin relativement inattendue et j’en dirais pas plus car je me suis promis de pas spoiler. Mais après l’inévitable et attendue pastille post-générique (un générique de 10 mns montre en main, sans déconner…), j’ai quand même envie de conclure sur un « tout ça pour ça ».