Critiques en vrac 2

La flemme de rédiger des billets uniques sur chaque film vu.

Us

Autant j’avais trouvé Get out relativement drôle, maling, bien fichu (même si, au final, terriblement surévalué), autant j’ai trouvé celui-ci complètement raté. C’est bien simple, pour moi, rien ne fonctionne : ni le versant horrifique/slasher ni le versant « politique », totalement nébuleux. De mon point de vue, Jordan Peele s’est laissé piéger par les éloges reçus pour son 1er film et s’est donc embarqué dans un récit d’une ambition et d’une ampleur qu’il ne maîtrise pas. Que nous dit-il ici ? Un truc sur les masses laborieuses qui finiront un jour par prendre le pouvoir ? A moins qu’elles soient déjà parmi nous, infiltrées ? Je suis pas sûr… Et je m’en fous en vérité : j’ai (encore) perdu 2h de mon temps, ça m’a suffisamment gonflé pour que j’ai déjà rayé ce film de ma mémoire.

C’est ça l’amour

Un film proche de Nos batailles, substituant à l’arrière-fond soci(ét)al une étude plus proche de l’os des sentiments de son personnage principal (Bouli Lanners, superbe). C’est d’ailleurs lorsque le film fait quelques incursions un peu volontaristes et artificielles sur le terrain du sociétal que le film est le moins convaincant selon moi (la diatribe sur les difficultés des employés de la fonction publique ou le « message » pro-LGBT). Du coup, c’est sur la longueur que le film l’emporte, de la même manière que le personnage interprété par Bouli Lanners parvient à trouver nouvel un équilibre avec le temps. Le dernier tiers et la conclusion sont très émouvants.

Boy Erased

Alors ça c’est vraiment mauvais. On y trouve un intérêt, pendant une grosse moitié, devant son aspect documentaire, fasciné/révulsé que l’on est par la description de ce lieu pratiquant les conversion therapies : ni plus ni moins qu’un centre de lavages de cerveaux/torture psychologique (et/ou torture tout court) censé guérir de l’homosexualité (par la religion, bien sûr, le film se déroulant en Arkansas, état phare de la Bible Belt, ce regroupement d’états américains encore gouvernés par les préceptes chrétiens fondamentalistes). L’intrigue est située dans les années 2000 mais l’actualité nous rappelle chaque jour que cette Amérique réactionnaire, intolérante, ultra-religieuse (et homophobe au dernier degré donc) est bien vivante puisqu’elle est au pouvoir dans de nombreux états et, pour partie, à Washington. Donc ça, ça va, au moins on s’ennuie pas. Mais alors quand il s’agit de faire du cinéma, c’est terrible : ralentis, musique larmoyante, coups de force scénaristique putassiers et empruntés au pire de Vol au-dessus d’un nid de coucous ou du Cercle des poètes disparus, une horreur. Y a même Xavier Dolan dans un second rôle, c’est pour te dire. A noter enfin que Russel Crowe et Nicole Kidman (interprètes des parents du héros, lui-même joué par Lucas Hedges) ont préparé le film dans la symbiose la plus parfaite puisque le bide du premier a siphonné toute la masse graisseuse de la seconde. De la belle ouvrage.

La Lutte des classes

Ratage bis : comme pour le film ci-dessus, je m’y attendais… Certes, Michel Leclerc (réalisateur du Nom des Gens) soulève un problème aussi crucial que 2019 (celui de la mixité sociale, en gros) et il a le mérite d’apporter, parfois, un point de vue nuancé, voire pertinent. Mais il le fait à la truelle, de manière profondément caricaturale, donnant l’impression que le scenario a été écrit par les Têtes Raides, assistés de Lune et Albert, producteurs de quinoa dans une ferme alternative de Lozère.
Autre gros problème selon moi : Edouard Baer batteur de punk rock/gaucho/rebelle perpétuel, on y croit pas une seconde. Baer est un grand bourgeois, un dandy et le voir jouer les insurgés rentre-dedans sonne profondément faux. Il n’est pas un acteur de composition, ça ne fonctionne tout simplement pas. Après, oui, il a une belle complicité avec Leïla Bekhti, on sent bien qu’ils se connaissent par coeur.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s