Top films 2012 – 2ème partie, les winners

Eh oui mon vieux, que veux-tu, les tops c’est comme la vie: il y a des perdants et il y a des gagnants.

Ci-dessous, mes films préférés parmi ceux que j’ai vu au cours de l’année écoulée. Et comme ils sont winners jusqu’au bout de la pellicule (ho ho!) je leur ai choisi une belle photo tirée d’eux pour les illustrer. Eux.

19 – Peace, love et plus si affinités

paul-rudd-et-jennifer-aniston
Un titre français débile pour une comédie relativement moyenne mais que veux-tu, c’est mon gros péché mignon. Ici, Paul Rudd, l’acteur-le-plus-sympa-du-monde et Jennifer Aniston (on l’aime tous elle aussi même si elle ressemble un peu trop à son oncle) forment un couple de new-yorkais qui cède à la tentation communautaire. C’est cousu de fil blanc (lui, moteur de l’initiative, va vite déchanter, elle, d’abord réticente, va s’y abandonner; le gourou qui trahit la communauté; l’égoïsme des babos), ça tombe parfois à plat mais je suis très (trop) bon public pour ce genre de films dès lors que quelques gags/scènes/répliques me font éclater de rire et que le casting est réussi.

18 – Thérèse Desqueyroux

therese-desqueyroux-audrey-tautou
Je me dis qu’il serait bien plus bas dans mon top si j’avais vu davantage de films mais c’est pas si sûr… Oui c’est plan-plan, oui ça frise l’académisme, oui c’est Gilles Lellouche (qui ne démérite pas non plus) mais Miller transmet assez bien la sensation de claustrophobie, de mollesse étouffante de la bourgeoisie landaise, la nature foncièrement anxiogène du roman de Mauriac. Donc c’est plutôt pas mal, voire pas mal du tout et j’ai passé un bon-mauvais moment.

17 – Ted

Ted-l’ourson-lubrique-qui-malmène-Mila-Kunis-vidéo
Dans le haut du panier mais c’est une déception. J’avais presqu’envie d’écrire une « franche déception »: j’en attendais beaucoup car sur le papier, c’était vraiment calibré pour moi. Malheureusement, malgré une super mise en place, malgré quelques gags/répliques formidables, le film n’arrive pas à rester sur le fil et à ne pas verser à de trop nombreuses reprises dans la vulgarité/la misogynie/le conformisme. Dommage, donc.

16 – Take Shelter

0930-movie-Review-Take-Shelter_full_600
Bon film, indéniablement, mais un peu surestimé. Je n’ai rien d’autre à en dire, ça veut sans doute tout dire.

15 – Astérix et Obélix au Service secret de sa Majesté

astérix_obelix_au_service_de_sa_majeste_londres
Grande remise, le blog qui classe le dernier Astérix devant Holy Motors, Camille redouble et Take Shelter. Et qui le pense!
Le film de Tirard est non seulement une très belle réussite sur le plan de la direction artistique (c’est suffisamment rare en France pour être souligné), mais il tire en plus un excellent profit de ses 2 choix les plus tranchés: Edouard Baer en Astérix (il fait bien entendu du Edouard Baer mais il le fait ici avec une fraîcheur évidente) + un scénario basé sur 2 des meilleurs albums de la série, qui comptent également parmi mes préférés, Astérix chez les Bretons et Astérix et les Normands. C’est joli, c’est mignon, c’est drôle (pas super drôle non plus mais on sourit tout du long), le casting est nickel: c’était une des bonnes surprises de l’année.

14 – Radiostars

radiostars_extrait_site_flvlarge.flv
Encore un film totalement surclassé mais j’assume: ca n’a pas le talent de ses ambitions (grosso modo les bromances de la neo-comédie US), Cornillac n’a rien à faire là-dedans, y a de grosses, très grosses maladresses mais y a aussi de très bons gags/répliques et de très bons moments (tout le long passage avec le rappeur même si ça se termine en hallucinante pub pour McDo, la saucinette, la scène dans la boîte de nuit en Province « c’est con t’as raté Dr Alban ») qui me rendent l’ensemble sympathique. Je regrette que ce film, qui malgré tout tente quelque chose dans l’univers pantouflard de la comédie française, ait fait un four. La BO est signée d’un de mes chouchous Rob, le morceau principal est sublime et on entend même West Coast de Coconut Records. Tout ça suffit à mon bonheur.

13 – Our Idiot Brother

our_idiot_brother_trlr
Joli film indé qui aurait pu être caricatural (hippies, hipsters et bobos new-yorkais à tire-larigot) mais qui adopte pile-poil la bonne distance. Un film cousin de Peace, love.. en quelque sorte mais si le premier est dans la farce et la caricature, celui-ci serait davantage dans la chronique tendre. C’est quand même dingue le capital sympathie dont dispose Paul Rudd, il est génial ce mec. Alors dans un rôle de proto-Dude naïf et un peu concon, n’en parlons pas. On a presque envie de davantage le câliner lui que son son beau golden retriever, Willie Nelson (le nom du chien dans le film). Sinon à part ça y a Elizabeth Banks, Rashida Jones et Zooey Deschanel qui jouent dedans. OK.

12 – American Pie 4

stifler-toujours-aussi-hilarant
Avec le temps, je suis devenu un énorme fan du premier épisode dont je connais par cœur et cite régulièrement bon nombre de répliques. En vf bien sûr, je l’ai jamais vu et je VEUX ABSOLUMENT PAS le voir en vo : « pur Arabicaca », « il s’agit manifestement d’un Piero della Francesca », « maman de Stifler… » suivi d’un râle de plaisir etc. Il s’agit en plus, de mémoire, de la première occurrence, je ne dirai pas invention, de l’acronyme « MILF », rien que pour ça (encore une parenthèse: j’ai du récemment expliquer à une collègue ce qu’était une MILF… en 2013… et après on dit que j’ai un chouette boulot, j’te jure…). Je suis donc allé voir avec motivation ce 4ème volet réunissant le casting originel et nostalgie mise à part, j’ai été très agréablement surpris, j’ai beaucoup ri. C’est essentiellement gras et y a donc du mauvais gras bien sûr mais  y a davantage de bon gras donc c’est chouette. Et Sean William Scott donne vraiment de sa personne, il force le respect.

11 – 5 ans de réflexion

five-year-engagement10
C’est bien mais c’est presque trop bien. J’entends par là qu’il manque peut-être un grain de folie voire quelques moments faibles, qui conféreraient au film un aspect un peu plus rugueux, un peu moins lisse… Ca manque à la fois de très bons gags et de moments réellement émouvants, comme on pouvait en avoir dans Sans Sarah, rien ne va, dont le film pourrait être la suite. Mais après tout, ça n’était peut-être pas l’objectif initial, peut-être les auteurs se situaient-ils délibérément sur le terrain de la chronique conjugale douce-amère… Auquel cas c’est une très belle réussite car c’est extrêmement bien écrit. T’as vu j’ai même pas parlé d’Alison Brie.

10- Moi, député

Will-Ferrell-Punches-Baby-The-Campaign
Je l’ai évidemment adoré avant de l’avoir vu et je n’ai pas été déçu. Si la satire politique fonctionne parfaitement (on tient là un de ces films au cours duquel on peut se dire sans trop de risques et avec un léger frisson que « la fiction ne dépassera jamais la réalité », dé-délocalisation comprise), ce qu’on retient avant tout, ce sont évidemment les gags, énormes, culottés, outranciers, géniaux. Celui-ci comporte mon préféré de l’année, la beigne au chien de The Artist. Galifianakis est génial en freak white trash précieux et psycho-rigide, Ferrell trouve encore de nouvelles variations sur le personnage dont on peut dire qu’il l’a complètement réinventé tellement il l’a fait sien, celui de l’Abruti Congénital.

9- Voisins du 3ème type

The-Watch
« Aaaaaaallez, encore une comédie US… ». Et c’est pas fini. On peut parler de passion à ce niveau-là, j’en suis conscient. C’est ma Nouvelle Vague à moi que veux-tu (je le pense en plus).
Voisins du 3ème type a divisé même les amateurs du genre, c’est un mystère. C’est le côté SF qui rebute? Je ne comprends pas. On s’en fout de l’intrigue… Car le film est un pur produit de l’école Apatow : ici ce qui compte c’est de discuter avec les gens qu’on aime. Le personnage-clé est ainsi celui de Vince Vaughn, faux beauf, vrai gentil: il s’en fout lui au fond de chasser l’alien ou de protéger le quartier; il veut bien faire plaisir à Ben Stiller du moment que ça signifie passer du temps ensemble en sifflant quelques bières. Ce sont les meilleures scènes du film, celles où il ne se passe absolument rien, où les dialogues s’étirent jusqu’à l’épuisement, créant une sensation de douce euphorie, concomitante du groupe, de la communauté. Le groupe, la bande, les amis, rendent plus fort. C’est très joli, très touchant. En plus d’être très drôle évidemment.

8 – La taupe

Tinker Tailor Soldier Spy 1
Critiques hyper élogieuses, avis spectateurs très mitigés (« soporifique… alambiqué… étouffant… chiant »). Comme souvent, la vérité se situe sans doute au miyeu mais j’ai beaucoup aimé. Pendant la séance, c’est vrai, il faut un peu s’accrocher: l’intrigue n’est pas si compliquée que ça mais le montage, les ellipses, les dialogues un peu cryptiques (superbes dialogues dans une langue anglaise des plus soignée) prennent un malin plaisir à brouiller les pistes. Un peu trop, et c’est dommage. Mais formellement, c’est une splendeur. L’action se situe en 1973, qui est comme chacun sait, la plus belle des années, et pour peu qu’on ait comme moi un faible pour l’esthétique tout en tons brunâtres/orangés et les textures cosy de l’époque, c’est un délice. Découpage, mouvements de caméra, interprétation, décors, costumes (un festival de costumes en tweed) tout concourt à créer une atmosphère à la fois suprêmement élégante, feutrée, paranoïaque et étouffante: les personnages semblent dans l’impossibilité concrète de vivre ou se mouvoir à l’air libre (sinon pour mourir), ils sont tous des taupes (l’agent « reconverti » en professeur vivra d’ailleurs dans une caravane, comme pour reproduire les conditions d’enfermement de son ancienne activité), écrasés par la bureaucratie, la hiérarchie, le poids des responsabilités, les jeux de dupes. Vraiment remarquable et après Morse, que je ne n’avais que moyennement apprécié mais dont je reconnais les nombreuses qualités, une confirmation qu’Alfredson est un réal à suivre de près.

7 – Skyfall

Skyfall-que-vaut-vraiment-le-dernier-James-Bond_portrait_w532
Des amis très chers et aux goûts très sûrs ont tenté, avec conviction, de me faire changer d’avis via des arguments tout à fait recevables. Je les ai écoutés, je les ai entendus. J’ai douté, j’ai fléchi même… J’ai vécu des heures sombres, j’ai traversé de sales moments: je vais pas te mentir, ça n’a pas été facile tous les jours. Mais je m’en suis sorti et je peux le clamer aujourd’hui haut et fort: j’aime Skyfall.

6 – Cherchez Hortense

cherchez-hortense_WEB
Je n’ai pas grand chose à en dire: c’est très péteux, très cultureux, très bourgeois, très français, assez agaçant j’imagine, voire indéfendable pour pas mal de monde mais j’ai adoré. J’aime beaucoup Bacri et il trouve ici un de ses meilleurs rôles. Chacune de ses confrontations avec Claude Rich, insupportable mandarin mitterandien, est un régal. Et puis sous le vernis Film Qualité France Culture, il y a de vraies propositions et de vrais « sentiments » de cinéma (injustice, rébellion, exaltation amoureuse).

5 – Populaire

PHOTO-Populaire-le-nouveau-The-Artist_portrait_w532
Il se passe un truc en France depuis quelques années. On a juste 30 ans de retard mais c’est pas grave, ça arrive lentement mais sûrement. Ca n’a l’air de rien mais c’est énorme: le grand public français est en train de découvrir ce qu’est la pop culture. La pop culture, c’est Radiostars et ses références californiennes, Astérix et ses références britonnes (une BD en plus) mais c’est aussi les Gordini, Roger Tallon, les Stinky Toys, les montres Lip ou Elli & Jacno. C’est ce qu’on voit dans Populaire, le bien nommé. Qui aurait même pu s’appeler Pop… Des couleurs… de la légèreté… une certaine élégance… une volonté d’universalisme (la pop culture n’est pas la culture de masse: plaire à tout le monde signifie également plaire aux plus élitistes).
Bon, je m’égare, pour dire que Populaire est fondamentalement un film pop que ça soit par son accessibilité, sa légèreté (de façade bien sûr), sa direction artistique etc. Quels décors mes aïeux, quels costumes! C’est précis, c’est chiadé et surtout ça transpire le plus grand dénominateur commun, sans démagogie, sans nivellement par le bas. Il y a dans Populaire des références au cinéma de Papa de Gilles Grangier mais aussi à Hitchcock, Clouzot ou Jacques Demy (entre autres). Ca brasse large et surtout, ça brasse juste. Quand en plus tout ça est enrobé d’une intrigue maline, virevoltante, pétrie de sentiments nobles et purs, difficile de lutter. Deborah François est adorable et après l’Arnacoeur, c’est la 2ème fois consécutive que je trouve Romain Duris quasiment craquant, c’est vraiment qu’il s’agit d’un film à part… Un délice, vraiment. En plus la BO est co-signée par Rob (qu’on retrouve également au générique de Radiostars, comme par hasard…) et on voit même Bill Trumendous à la fin! TOP 5, eh ouais mon pote!

4 – Une vie meilleure

une-vie-meilleure-de-cedric-kahn-10594774lgcqz
« Putain, ENFIN un vrai bon film dans son top de merde! »
Eh oh ça va, pas besoin d’être insultant non plus… Sache pour ta gouverne que mon top me plaît beaucoup et qu’il serait en bonne place dans mon top de tops.
Mais oui, Une vie meilleure est un vrai bon film et ça fait plaisir de retrouver Cédric Khan à son meilleur niveau, celui de Roberto Succo. Les 2 films sont d’ailleurs assez proches : dans les 2 cas, cette sensation étouffante et haletante de fuite en avant effrénée (pour Succo), de descente aux enfers sans fin (pour celui-ci) : on a le sentiment que ça ne s’arrêtera jamais, on se croirait dans 24.
Ca m’a également fait penser à L’Enfant des Dardenne: dans les 2 cas, la matière sociale n’est jamais utilisée à des fins purement discursives, psychologiques et encore moins lacrymales bien entendu, elle sert à élaborer une vraie fiction de cinéma, avec ses rebondissements, son suspens qui te prend aux tripes. Enfin, après mon coming-out Duris, je suis prêt à le verbaliser: dans un vrai bon film, avec un vrai personnage superbement écrit, Guillaume Canet peut être un super acteur.

3 – Wrong

jack-plotnick-cherche-son-chien
Après le gros ratage Rubber, Dupieux rectifie le tir. S’il n’atteint pas le niveau des fulgurances freaky-hype de Steak (« bottine »), il ajoute dans Wrong un ingrédient qu’on n’attendait peut-être pas chez lui: l’émotion. C’est génial. C’est hyper précis esthétiquement. C’est flippant. C’est drôle. Et c’est donc désormais émouvant.

2 – Baby-sitter malgré lui

9suzVfw7y5ouorx0ngdid7aTGNA
La voilà la grande comédie US de l’année et évidemment, elle n’a bénéficié que d’une sortie technique. The Sitter (titre original) relève de l’évidence: il faut le voir, rire et être ému, point.

1 – Moonrise Kingdom

Moonrise Kingdomimagesindexcapture-d_c3a9cran-2012-10-06-c3a0-23-59-10extrait_moonrise-kingdom_4
Loin, très loin devant les autres, une évidence là encore. Je suis trop paresseux pour me lancer dans une véritable analyse, qui de toute manière me semble totalement superflue tellement tout est limpide, évident encore. Je n’ai pas non plus envie, je l’avoue, de me lancer dans une explication des raisons pour lesquelles les films de Wes Anderson me parlent et me touchent autant. Disons que je mets ses films sur le même plan que Pet Sounds, Hawaii ou Village Green Preservation Society (exemples évidemment pas du tout choisis au hasard). Voilà.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s