Top films 2012 – 1ère partie, les losers.

Ca commence à 36 parce que j’ai vu 36 films sortis en 2012. C’est peu, j’ai vu beaucoup trop de merdes et raté beaucoup trop de supposés bons films mais c’est comme ça.

Je démarre donc avec les films que je n’ai pas/peu aimés ou que je n’estime pas bons.

36 – Bachelorettes
Sale, vulgaire, prétentieux: un film vendu comme un complément à Mes meilleures amies alors qu’il en est l’antithèse la plus parfaite. Vraiment dégueulasse.

35 – Dépression et des potes
Je sais pas trop pourquoi je suis allé voir ça, le titre peut-être. En tout cas c’est vraiment, mais vraiment à chier. Une catastrophe de tous les instants, assez exemplaire à ce titre. Le genre de médiocrité qui devient embarrassante et qui te fait penser que c’est vraiment dur de réaliser un bon film ou même un film correct. Fred Testot est décidément un très mauvais acteur. Et le pire c’est que maintenant on dit, et moi le premier, « Fred Testot » et pas « Fred, d’Omar et Fred », comme on dit « Omar Sy » d’ailleurs; c’est flippant putain, genre ça y est, les mecs sont arrivés…

34 – Holy Motors
J’ai dit tout le mal que j’en pensais ici .

Pause détente en musique pour l'équipe de tournage d'Holy Motors
Pause détente en musique pour l’équipe de tournage d’Holy Motors

33 – Associés contre le crime
Paresseux et pantouflard, un vrai film de vieux. Et une vraie déception car j’avais adoré les 2 premiers opi. Un opus, des opi… Non? OK.

32 – Dans la maison
A chaque fois je me dis qu’il faut que j’arrête d’aller voir les films d’Ozon. Celui-ci est presque correct, en tout cas se regarde pendant une bonne moitié mais ce qui suit est tellement mauvais que je pense que cette fois-ci je me ferai plus avoir.

31 – Prometheus
Complètement con ce film. La scène de l’accouchement m’a fait bien rire mais qu’est ce que c’est con et mal foutu nom de Dieu… Saleté de marketing qui a réussi à me le vendre  sur la foi d’images splendides de l’île de Skye alors que j’exècre Ridley Scott.

30 – Chronicle
Ah oui tiens, j’ai vu ça aussi… Je viens tout juste de m’en souvenir. T’as raison, c’est pas bon signe.

29 – Le Hobbit
Ici

28 – Projet X
J’en ai rien à foutre que le film soit « un bouillant témoignage du régime d’images youtubesques nourrissant la génération post-MTV » (LE argument théorique des défenseurs du film): je trouve ça très désagréable, pas attachant du tout, pas assez drôle (quelques très bons gags mais trop isolés), très misogyne, voire réactionnaire. L’anti-Supergrave en somme.

27 – Rebelle
Bluffant et magnifique visuellement (les cheveux!) mais sans intérêt passé 8 ans.

26 – L’Odyssée de Pi
Me suis encore fait avoir par la critique. C’est pas aussi horrible que la bande-annonce le laissait craindre mais c’est quand même bien moche (sauf le début à Pondichéry) et ça pisse pas très loin. Réalité/légende, foi/croyance… Pffff, c’est convenu… Merde, je vais le dire: L’Homme qui tua Liberty Valance, c’était quand même un peu plus subtil et classieux!

25 – Argo
Ici

24 – Camille Redouble
L’incompréhension critique de l’année (avec Holy Motors évidemment): c’est plutôt un bon film évidemment mais c’est complètement surestimé non? Surtout, j’en reviens pas que si peu de critiques aient relevé qu’il s’agissait d’un remake pur et simple de Peggy Sue s’est mariée et pire encore, que Lvovsky elle-même ne l’ait jamais mentionné. C’est dingue…

Ah tu peux baisser les yeux ouais, y a pas de quoi être fière
Ah tu peux baisser les yeux ouais, y a pas de quoi être fière

23 – The Dictator
Quelques gags fantastiques mais trop peu nombreux. Sacha Baron Cohen semble de plus ne pas savoir sur quel pied danser: faux docu ou vraie fiction? Ca rend le film complètement bancal. Dommage.

22 – 38 témoins
Chiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaant. Objectivement un bon film mais putain que c’est chiant…

21 – Adieu Berthe
Moui… Mais non. L’horrible Bancs Publics a fait beaucoup de mal aux Podalydès puisque même s’il est incomparablement meilleur, Adieu Berthe n’est pas exempt de certains défauts rédhibitoires à mes yeux et qui rendaient donc Bancs Publics insupportable: caricature forcée, tentation du réalisme poétique voire de la poésie de la vie façon salle des profs-Télérama… Oui, je suis extrêmement strict sur ces choses-là, je n’admets aucun écart. Dommage là encore, ça aurait pu être tellement mieux…

20 – Cogan, killing them softly
Ici

19 – Cloclo
C’est nul bien sûr mais je sais pas, j’ai pas envie de l’enfoncer. Il y a parfois de belles choses, une bel allant dans la mise en scène. LE problème des biopics: comment éviter la simple imitation avec interprétation de singe savant césarisée/oscarisée? Cloclo aurait lui pu répondre  à une autre question, plus troublante: que faire quand l’interprète principal est le quasi-sosie du personnage, sans prothèse ni maquillage? On en est quand même loin, faut dire ce qui est. Benoît Magimel, avec prothèses et maquillage, en imitation de Paul Lederman, c’est grandiose de portnawak en revanche.

Les winners demain ou après-demain si j’ai le temps.

Publicités

Une réflexion sur “Top films 2012 – 1ère partie, les losers.

  1. je ne sais pas si mon classement aurait été identique (sauf Bachelorettes) mais les bas-fonds sont bien là avec quelques oublis (sans doute des films non vus mais je crains d’en retrouver au moins un dans ton top). très bon choix de vignettes, surtout celle d’Holy Motors.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s