Mon rêve 3

Au milieu d’un genre de zone industrielle, à l’extérieur d’entrepôts lambda, une party improvisée mais luxueuse : on y trouve plein de super bagnoles type Rolls Royce, Porsche etc. ainsi que Mick Jagger et Jerry Hall (va falloir que je me mette à jour niveau beautiful people on dirait). Tout le monde s’amuse bien jusqu’à ce qu’à un moment, Jerry Hall se mette à crier : « viiiiite, Dean s’en va !!! ». Je comprends qu’elle parle de Dean Martin, qui manifestement se trouve à l’intérieur et quitte les lieux donc.

Là, branle bas de combat: tout le monde court jusqu’aux bagnoles, dans la plus grande cacaphonie, et se barre dans le sillage d’une énorme et rutilante Rolls Royce dans laquelle se trouve probablement Dean Martin. Moi je me retrouve un peu comme un con au milieu de toute cette agitation et je sais pas trop quoi faire vu que j’ai pas de voiture. C’est à ce moment là que je repère Jagger, seul au volant d’une espèce de cabriolet type Aston Martin (c’était un modèle bien précis mais j’y connais rien en bagnoles, désolé). Ni une ni deux, je cours vers elle et comme il est déjà en train de démarrer, j’y grimpe à la sauvette, en sautant sur l’arrière de la caisse puis sur le siège passager. Jagger a l’air de pas trop apprécier que j’ai sauté sur sa bagnole mais ça va, il dit rien et décolle aussi sec.

On se retrouve ensuite à la campagne, dans un endroit assez idyllique, genre la Comté dans le Seigneur des Anneaux : très vert, joliment boisé, petit ruisseau qui serpente. On doit traverser un genre de pont un peu bizarre, davantage un gué en fait : faut pas se rater sous peine de mettre la bagnole dans le ruisseau (c’est pas un précipice non plus). Une fois passé, on se rend compte qu’il n’y a plus de place pour se garer. Là Jagger me demande de retourner de l’autre côté pour essayer de trouver un endroit où laisser la voiture. On  s’est pas adressé la parole de tout le trajet et je suis pas rassuré à l’idée de traverser ce putain de gué mais ok, je prends le volant pendant qu’il va rejoindre la fête.

En traversant le gué, je merde un peu et j’accroche l’avant de la voiture. Je me retourne et je vois Jagger qui me jette le même regard accusateur que lorsque j’ai sauté sur le siège passager. Je l’ignore, je vais me garer et je descends de la voiture.

Là, nouveau changement complet mais d’atmosphère cette fois puisque fini la party des beautiful people, fini ce con de Mick Jagger et ses froncements de sourcils, je me retrouve entouré de gens proches et aimés, dans une atmosphère cotonneuse et au son de l’une des plus belles chansons du monde :

Les Beatles ont supplanté les Stones, tout va bien , je peux me réveiller en douceur.

Ps: la version originale de Here Comes the Sun est apparemment introuvable sur le net pour des questions de droits.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s