Coupe du monde 2018 – Best of

Petit bilan rapide en tâchant de pas trop me répéter par rapport à tous les billets publiés pendant la compétition.

Sur la compétition de manière générale : je l’ai trouvée de bonne tenue. Pas extraordinaire peut-être mais certainement pas honteuse ou chiante comme j’ai pu le lire ou l’entendre. Conforme à ce qu’on était en droit d’attendre finalement: des équipes de cadors (ou pseudo cadors) rincées par une saison en club de plus en plus exigeante, mais pas vraiment de surprise non plus puisque si le dernier carré était impronostiquable, laissant de côté les 3 grands favoris (Brésil, Allemagne, Espagne) on ne peut pas dire que la France, la Belgique, la Croatie et l’Angleterre soient des nations de seconde zone. Les « petits » qui pouvaient se permettre de rêver avant le début de la compétition ne sont toujours pas au rendez-vous des matches à éliminatoires (Sénégal, Corée du Sud, Maroc, Iran): l’écart est toujours trop important entre les sélections les plus « aisées » et les plus modestes pour que ces dernières puissent sinon se mettre en valeur (ça c’est toujours le cas) du moins se retrouver dans le dernier carré.
A ce titre la confrontation entre le Japon et la Belgique a été révélatrice je trouve: les courageux (et talentueux) Japonais avaient 2 buts d’avance, suffisant « normalement », une occasion en or de passer en quarts de finale… Mais avec encore 35 minutes à jouer et un réservoir de ressources (techniques, tactiques, physiques) beaucoup plus important, il était écrit que les Belges reviendraient au score (bon, une prolongation était plus probable que ce final radical et cruel). Communsymbole ce match.

On a également parlé de « la fin de la possession » à travers le fiasco de ses adeptes les plus emblématiques (Espagne, Allemagne, à un degré moindre Argentine et Brésil) et c’est sans doute juste: ce sont des équipes plus attentistes et plus verticales qui ont tiré leur épingle du jeu (France, Angleterre, Uruguay). Le sacre de la France a enfoncé le clou, avec une demie-finale « italienne », cynique, et une finale durant laquelle elle aura peu maîtrisé les événements et bénéficié de circonstances (et décisions) favorables mais fait mal à l’adversaire à chacune de ses offensives. C’est d’autant plus marquant que cette EDF possède un réservoir de talents offensifs assez dingue (et je ne parle même pas de ceux que Deschamps a laissés à la maison), qu’elle choisit donc sciemment d’utiliser de manière restrictive. Les Coupes du Monde et Euros sont en général considérés comme des « laboratoires » du jeu : les équipes les plus marquantes dictent la tendance footballistique des années à suivre (même si l’influence de plus en plus importante de la Ligue des Champions laisse une empreinte également de plus en plus forte). Et les années à venir seront donc plutôt défensives apparemment…

Le bilan:

Le plus beau but

Il y a 4 ans, j’avais adoré le petit centre piqué de Cavani pour la tête lobée de Suarez. Cette année, ma préférence va au long une-deux Cavani-Suarez, conclu par une tête acrobatique, puissante et adroite du premier, en 8èmes de finale contre le Portugal:

« Quelle belle image! »

Le plus beau moment en tribunes

C’est pas le plus beau moment évidemment mais ce qu’on retiendra des tribunes, c’est pas les supporters japonais et sénégalais qui nettoient leurs gradins mais Maradona et ses doigts balancés à on ne sait qui durant le match face au Nigéria:

Sinon, côté tribunes encore, j’en dirais pas plus parce qu’on vit dans le monde de 2018 (et je m’en réjouis), mais je retiendrai également Russie-Croatie. Les Vrais savent.

Le plus beau maillot

Pérou, version home et version away:

Brésil away, contre le Costa Rica:

Et puis je vais me répéter mais le Brésil dans sa tenue traditionnelle, maillot jaune, short bleu, chaussettes blanches, sur la pelouse verte, c’est vraiment parfait chromatiquement et esthétiquement parlant. C’est le Football.

Le plus moche maillot

J’ai trouvé qu’il y avait une grande majorité de maillots vraiment moches ou quelconques cette année : Adidas et Nike, qui se partageaient la grande majorité, là aussi, des équipements, se sont vraiment pas cassé le cul. J’ai particulièrement pas aimé les petites fioritures inutiles sur les maillots away de la France et de l’Angleterre. C’est si compliqué que ça de créer des maillots aux imprimés unis ?

A part ça, on en parle pas car on s’y est habitués mais le maillot Lustucru de la Croatie, c’est pas possible.

Aux œufs frais

La plus belle coupe dégueulasse

Y avait de la concurrence, comme à chaque édition. Neymar a marqué les esprits, à juste titre:

Quand tu réalises que t’es allé trop loin

Mais je reste sur mon choix initial de Domagoj Vida, le défenseur croate:

Entre le punk à chien et le sniper planqué dans les abords de Zagreb. Bon, après, j’irais pas le lui dire en face: t’as pas trop envie de le faire chier lui.

La plus belle coupe

Y en a pas vraiment, comme à chaque édition là aussi. Il faut quand même souligner que 2 joueurs habitués à faire n’importe quoi, Griezmann et Pogba, ont su rester sobre. C’est bieng. On parle quand même d’un type, Pogba, qui s’était dessiné une pokéball sur le crâne. UNE POKEBALL.

« Y a pas d’mot Monsieur Pogba. Y a plus d’mots »

Le plus beau match

C’est un peu le problème de cette CDM: y a eu pas mal de beaux matches et de matches palpitants (Portugal-Espagne, l’inattendu Serbie-Suisse, Allemagne-Suède) mais y a pas eu LE match dont tout le monde reparlera encore dans 20 ans comme le Brésil-Allemagne de 2014 ou la finale de 20006. Je retiendrais pour ma part le Brésil-Belgique au cours duquel les Brésiliens auraient sans doute mérité un peu mieux, en tout cas d’aller en prolongations. Nous aussi on en aurait bien pris pour 30 minutes supplémentaires, c’était du très haut niveau des 2 côtés.

Le plus beau gosse

J’en ai sélectionné 2 dans des styles très différents pour contenter mon lectorat le plus largement possible.

Kasper Schmeichel si on aime les nazis

Il a l’air aussi con et bourrin que son père en revanche.

Martin Caceres si on aime les latin lovers

Il s’est jamais vraiment imposé nulle part lui (Barcelone, Juventus, Lazio) mais il est toujours là.

Le plus moche gosse

Evidemment.

Le plus beau joueur

Modric, évidemment mais c’est pas très original et je serais pas très objectif, c’est un de mes 3 joueurs en activité préférés. Je vais donc citer un joueur que je n’aime pas beaucoup mais qui m’a bluffé, Eden Hazard

Un tournoi de haut niveau et une performance zidanesque contre le Brésil.

Mention également pour Cavani, encore lui. C’est un joueur certes enfin apprécié à sa juste valeur mais je crois qu’on en fait toujours pas assez à son sujet. C’est une perle ce joueur, doublée d’un seigneur sur le terrain et triplée d’un mec bien dans la vie (pour ce qu’on en sait en tout cas).

Le plus gentil

Protocole d’avant-match: juste avant le coup d’envoi, les 2 capitaines se serrent la pogne, serrent la main des arbitres… et ignorent totalement le pauvre gamin ou la pauvre gamine qui n’est là que pour la photo/la déco, ok, mais merde, il/elle est là, c’est dégueulasse de l’ignorer totalement ! Et pourtant y en a PAS UN qui l’a salué.e ou quoi que ce soit. Pauvre gosse quand même…
Pas un donc, sauf Granquvist, le capitaine de la Suède, contre l’Angleterre. Il a salué Kane, le capitaine anglais, puis les 3 arbitres, puis il a eu un petit geste gentil pour la gamine qui se tenait à leur côté. Elle était toute contente évidemment (pas trouvé de photo).

Pour conclure, 2 images tirées de la finale

Il me fait penser à un minus que les grands derrière lui (Infantino, sa femme, Le Graët de gauche à droite) auraient placé sur un rebord surélevé pour qu’il puisse voir correctement le match.

Seconde image, celle d’une Pussy Riot qui tape dans les mains de Kylian Mbappé.

Sait-il seulement qui sont les Pussy Riot et ce qu’elles représentent dans la Russie de Poutine? Peu importe: chacun y verra ce qu’il voudra mais je trouve cette image réconfortante dans sa spontanéité. Elle résume un peu les sentiments ambivalents que beaucoup auront eu durant cette coupe du monde, que moi j’aurais eu en tout cas : l’enthousiasme et la passion pour un événement sportif toujours aussi excitant d’un côté, la gêne de l’autre, lorsqu’on s’arrête 2 secondes sur la situation de certaines personnes et catégories de personnes en Russie.

Publicités

Coupe du monde 2018 – Jour 3

Samedi gris, travaux pénibles dans l’immeuble dès 8h du matin. Mais samedi de 1er tour de coupe du monde de foot: 4 matchs. Le bonheur, le vrai.

Groupe C

France 2-1 Australie

Il faut se rendre à l’évidence : sur les (nombreuses) images des (nombreux) hommages à la victoire de l’équipe de France en 1998, Didier Deschamps possède une dentition tout ce qu’il y a de plus normale. Alors qu’est ce qui s’est passé ? Sérieusement, je pose la question : comment est-il humainement possible, en l’espace de 20 ans, de se retrouver avec des chicots d’héroïnomane (ou cocaïnomane, désolé, je maîtrise mal le dossier) en phase terminale ? Petit conseil à ma starlette : la dentisterie et l’odontologie russes ont longtemps été considérées parmi les meilleures au monde, profite du voyage DD. Steup’. Fais le pour nous, pense à ce match calé à 12h alors que les braves gens sont à table ou émergent à peine d’une grasse mat’.

On l’a vue et revue mais je ne me lasse pas de cette géniale fusion avec Joachim Low

Je vais pas débriefer la pitoyable prestation de l’EDF: la chatte à DD, l’inexpérience/égoïsme des prétendus cadors offensifs, la Schweinsteiger stupide d’Umtiti, le chantier permanent etc etc., tout ça a été dit, redit, martelé un peu partout dès le coup de sifflet final.
Juste 2 remarques:
– l’excellent Guillaume Dufy arborait un beau t-shirt Alex Cameron pour le débrief du match sur L’Equipe 21. Classe.
– match nul entre Benjamin Pavard et Robbie Kruse au challenge « têtes de victimes »

Pérou 0-1 Danemark

C’est pas bien difficile au milieu des immondices vues jusqu’ici mais le maillot du Pérou est le plus beau pour l’instant.

Celui de l’Argentine contre l’Islande par exemple, quelle horreur. OK, c’était le maillot away mais quand même: on aurait dit un vulgaire maillot d’entraînement. Une tendance d’ailleurs: les maillots-t-shirts qui ressemblent plus à des t-shirts qu’à des maillots. Comme au tennis, où plus personne ou presque ne porte de polo. Sur ce, je reprends un Chamonix.

Groupe D

Argentine 1-1 Islande

« Calmez-vous Omar ». Benjamin Da Silva se marre à moitié, il sait que c’est peine perdue : Omar Da Fonseca pète un câble devant l’inefficacité de ses favoris au commentaire du match sur Bein Sports . Dans les dernières minutes, il se lâche complètement lorsque Otamendi (?) tergiverse avant de tenter une frappe molle: « Mais vas-y, vas-y, frappe, FRAAAAAPPE! Plutôt que le côté timide, rétention du geste, lâche, vas-y, il faut toujours viser la lune » etc etc. En 1ère mi-temps il aura également sorti un joli « l’action est l’intention d’atteindre l’espoir ». Je me répète mais j’adore ce mec.

Sampaoli (le sélectionneur argentin) en revanche, je l’aimais bien, je le classais dans la catégorie des entraîneurs aussi intéressants que passionnés mais là, avec son crâne rasé, sa chemise blanche ouverte, son jean et sa veste au col relevé, je ne vois plus que la vulgarité du type accusé de viol par une employée de la fédération argentine…

Croatie 2-0 Nigéria

Il y a 2 ans à l’Euro, c’est le croate Perisic qui avait sans mal remporté la palme de la coupe de cheveux la plus dégueulasse

C’est la carte de la Croatie

Son compatriote Vida relève aujourd’hui le défi dans un tout autre style:

Au centre

Calvitie plus que naissante, catogan, tempes complètement rasées: n’importe quoi.

Look toujours, juste pour le plaisir, avec Rakitic en 2018

Smooth.

Et Rakitic en 2005

Porn.

Les termes de recherche 3

Ca faisait longtemps que je voulais donner une suite à mes 2 articles précédents sur le sujet (ouane, tou) parce que ça me fait marrer, tout bêtement. Même si j’ai bien conscience que ça fait marrer que moi mais c’est un petit peu le principe de ce blog : un exercice un brin égotiste et auto-complaisant.
Petit florilège donc :

Les pragmatiques-que-ça-me-fait-plaisir-d’être-référencé-dessus :

Five leaves left
Creedence clearwater revival green river
Bill callahan dream river chronique
Ty segall manipulator chronique
La république bobo

etc etc. Tu vois l’idée.

Les ça-me-fait-encore-plus-plaisir-d-être-référencé-là-dessus :

j’ai rien compris holy motors
djembe hippie
blouson de cuir cravate (alors ça, ça me fait HYPER plaisir.)

Les coupes de cheveux des footballeurs :

debuchy coupe de cheveux
remis cabella (sic)
coupe de cheveux de remy cabella
joueur de foot portugais coupe de cheveux
antoine griezmann hipster

La preuve que c’est un sujet qui interpelle, qui remue, qui fait débat.

Les WTF aka les gens sont fous :

jacky michel cerise
voir film debauche au garage avec alizee
film espionnage en français complétude
vincent macaigne fille
dans quel film une personne dit « c’est chiadé » (j’en sais foutre rien mon vieux)
comparaison les plus grands hommes a robber (????)

Les récurrents aka certaines personnes tapent systématiquement ces mots dans Google pour arriver sur Grande remise

hollywood night TF1
et l’indépassable et transversal fred testot mauvais acteur qui pourrait entrer dans chacune des catégories précédentes.

J’aimerais bien savoir qui vous êtes petits coquins. N’hésitez pas à vous faire connaitre.

En tout cas, le nombre de visiteurs de Grande remise est en forte progression depuis quelques semaines donc merci, sincèrement, à ceux qui viennent régulièrement voir ce qu’il se passe ici, qu’ils vivent au Japon, au Brésil, au Maroc, en Algérie, en Australie ou encore en Inde (et j’en passe). Vous êtes mes champions.

Jogo bonito

J’ai poussé mon petit coup de gueule mais ça y est, c’est bon, comme prévu je suis à fond et la compétition me le rend bien : elle est superbe. Des surprises, du suspense, des stades pleins, du beau jeu, de grossières erreurs d’arbitrage, des salopards invraisemblables, des buts, des buts, des buuuuuuuuuuuuuuuuuts!!!!

J’ai raté pas mal de matchs mais je suis pas mécontent de moi (quand t’as suivi de bout en bout Iran-Nigeria, on peut dire de toi que tu as fait le job).

Je te propose donc un petit bilan granderemisesque de fin de premier tour. Parce qu’on ne reverra plus certaines équipes, ni certains joueurs. Parce que la fin du premier tour de la coupe du monde de foot, c’est un peu le retour à la vraie vie, cette belle saloperie. Parce que dès demain, c’est les 8èmes de finale et que ça rigole plus.

Le plus beau maillot
Sans surprise, les anglais sont encore au top.

hayward10_1_2947138bSans fioritures, près du corps sans être moulant, col en V tout sobre (important le col dans un maillot de foot, TRÈS important), marqué par la poids de l’Histoire, probablement approuvé par Saint George, la Reine, Churchill et James Bond réunis. Et puis ces Three Lions sur l’écusson, y a pas à chier, ça l’effectue.

La coupe de cheveux la plus pourrie
On va pas se mentir, c’est, après les maillots, l’un des sujets les plus discutés dans la confrérie des footeux. Y a gros match évidemment tant le footballeur professionnel parvient à se surpasser de manière exponentielle dans le mauvais goût. Je serais tenté de décerner une palme collective à une équipe de France qui atteint des sommets cette année avec une variété assez remarquable dans les looks improbables : la coupe dite « du raton laveur » tient encore la corde, celle, très « Leni Riefenstahl likes this » arborée par Giroud, Griezmann et Debuchy ne cesse de me fasciner, Sagna est encore là et Cabella, l’appelé de la dernière heure, abat de nouvelles barrières. Ils sont au-dessus des portugais, c’est dire. Ils ont même influencé les portugais puisque Cristiano Ronaldo, une sommité dans l’univers footballistico-capillaire (on parle quand même là d’un type qui lors du dernier Euro a changé de coiffure A LA MI-TEMPS d’un match), a lui aussi adopté la coupe « rasé sur les côtés, long et gominé sur le dessus ».
Mais cette année, j’attribue ma palme à l’argentin Palacio

43375_rodrigo_palacio_jpg239bedf0996fdeb06edd1955c5cf72e3Cet hommage aux punks à chiens de Rennes, Aurillac et Buenos Aires est absolument irrecevable sur Grande remise.

La plus belle coupe de cheveux
Ca c’est difficile aussi mais parce que cette fois, il n’y a pas énormément de candidats. Au mieux, la coupe de cheveux de footballeur est sobre donc pas folichonne. En bon vieux con, ma palme va donc aux touffasses vintage, celles de Marcelo, Willian ou David Luiz (Willian a vraiment une bonne tête) et donc logiquement au maître incontesté de l’afro, Marouane Fellaini

Marouane-Fellaini-of-Belgium-looks-onJ’adore ce joueur en plus : je n’ai toujours pas compris quel était son véritable poste mais bien que lent et lourd, il se trouve toujours au bon endroit, au bon moment, tant en position offensive que défensive.

Le plus beau but
Très subjectif encore évidemment. Il y a eu plein de très beaux buts mais pour moi, un beau but c’est avant tout une belle action ou au minimum une belle passe, plutôt qu’un exploit individuel. Du coup j’ai un gros faible pour le premier but de Suarez contre l’Angleterre : Cavani qui temporise juste ce qu’il faut pour envoyer ce petit centre piqué, Suarez qui frappe en reculant, juste ce qu’il faut pour lober Joe Hart, je m’en lasse pas.

Le public le plus chaud
Difficile à dire en n’étant pas sur place évidemment mais j’ai été très impressionné par la ferveur du public chilien dans le match contre l’Espagne. Bon il me semble qu’ils ont sans doute montré un peu trop de ferveur car un bon nombre a « forcé » les portes du stade à cette occasion mais enfin, dans les gradins c’était assez hallucinant.
En dehors du stade, toujours impressionnant aussi de voir les marées orange devant les écrans géants des Pays-Bas ou rouges devant ceux de Belgique. Des publics qui n’attendent pas que leur équipe enchaine 2 bons résultats pour la pousser à fond, SI TU VOIS CE QUE JE VEUX DIRE.

Le plan le plus WTF
Au cours d’Argentine-Iran, sur le ralenti d’un coup franc de Messi, un spectateur se retourne lentement vers la caméra et sourit. Evidemment, c’est devenu un meme. En live j’ai totalement halluciné devant ma télé, croyant à une mise en scène, d’autant que la caméra suit lentement le mec. Génial.

Le pire consultant
Youri Djorkaeff (TF1)

Youri-Djorkaeff-dans-la-team-de-TF1_max1024x768Qu’il ne sache pas aligner 3 mots n’est pas très grave, je pense qu’on peut pas en vouloir à un mec qui laisse tomber les études (ou presque) à l’adolescence, de ne pas parfaitement maîtriser le français. En revanche, qu’il n’ait absolument aucun recul sur le jeu, les joueurs, aucune capacité d’analyse technique ou tactique est plus ennuyeux. Il est pas méchant, plutôt sympathique même mais il est très pénible à écouter le Youri

Le meilleur consultant
Omar Da Fonseca (Bein sports)

80649-largeLe mec qui enfonce Thierry Roland question chauvinisme :  il faut l’entendre au moins une fois commenter un match de l’Argentine, son pays d’origine et de coeur. Le journaliste qui l’accompagne (j’ai oublié son nom) est plié de rire la moitié du temps, et on le comprend. En plus j’adore son accent et son français approximatif mais toujours très imagé et juste, au final.

L’emballement inattendu
Costa Rica

7DEDB4C3-C707-440B-9BAB-37FD981D8871_mw1024_s_nIls m’avaient déjà bien plu lors d’une précédente édition (2006 il me semble). Rapides, techniques, joueurs, intelligents, ils sont vraiment très agréables à suivre. Et en plus ils ont tapé l’Italie. Que demander de plus ?

Le plus beau moment
J’ai adoré la joie et l’émotion sincères et spontanées de Luis Suarez sur le banc après sa sortie du terrain face à l’Angleterre. Le mec est peut-être le meilleur avant-centre du monde, il plante des buts comme il respire, il fait peur à tous les défenseurs de la planète, il est l’une plus grosses pourritures actuelles sur un terrain de foot mais à cet instant là, il a 9 ans.

Luis-Suarez_2942603bCohérent en plus le gars : comme un gamin de 9 ans, il mord ses adversaires et joue hyper bien la comédie. Benzema est bien chaud, Messi au rendez-vous, Neymar supersonique mais le héros de cette coupe du monde pour l’instant, c’est lui.

La plus grosse lose
La palme revient ex-aequo aux Pays-Bas et au Chili, incapables de battre décemment l’Australie. Bande de losers. 3-0 c’est un minimum, merde.