Agents très spéciaux – Code U.N.C.L.E – critique

Au début des années 60, en pleine guerre froide, Agents très spéciaux – Code U.N.C.L.E. retrace l’histoire de l’agent de la CIA Solo et de l’agent du KGB Kuryakin. Contraints de laisser de côté leur antagonisme ancestral, les deux hommes s’engagent dans une mission conjointe : mettre hors d’état de nuire une organisation criminelle internationale déterminée à ébranler le fragile équilibre mondial, en favorisant la prolifération des armes et de la technologie nucléaires. Pour l’heure, Solo et Kuryakin n’ont qu’une piste : le contact de la fille d’un scientifique allemand porté disparu, le seul à même d’infiltrer l’organisation criminelle. Ils se lancent dans une course contre la montre pour retrouver sa trace et empêcher un cataclysme planétaire. (Allociné)

Quand t’as réalisé 9 longs métrages mais que t’es tout aussi, voire davantage connu pour ton mariage que pour ta filmographie, il faut dire les choses telles qu’elles sont : ça pue. Et quand de surcroît il s’agit d’un ex-mariage, puisqu’il s’est achevé il y a plus de 10 ans, ça pue encore plus fort.

Et pourtant, Dieu sait par quel miracle, Guy Ritchie, l’ex de Madonna puisque c’est de lui dont il s’agit, continue à régulièrement réaliser des films… Il se fait pas trop chier ceci dit : après 2 épisodes de Sherlock Holmes (lamentables ai-je ouï dire), et avant un Roi Arthur qui avait l’air de bien refouler de la côte de maille, il s’était attaqué à l’adaptation de la série The Man From UNCLE, en français Des agents très spéciaux, avec Robert Vaughn (le brun et américain Napoleon Solo) et David Mac Callum (le blond et russe Illy Kuryakin).

Cette adaptation au au moins le mérite de rapidement situer le niveau: bas. Très bas même. C’est fou comme ce mec, Guy Ritchie donc, est mauvais quand même. Il le porte sur lui d’ailleurs le pauvre : l’air un peu bonnasse du type qui s’excuse de ce qui lui arrive et de pas pouvoir faire mieux, jamais.

guy ritchie et madonna
« Je comprends pas ce que je fais là »

On sent bien qu’il tente des trucs (des répliques, des petits effets de style assez clippesques mais bon pourquoi pas, faut bien l’illustrer ce scenario sans originalité) mais rien ne prend. RIEN. Scènes d’action, scènes de dialogue, tout tombe irrémédiablement à plat. Par moments je me posais même la question : « mais attends, c’est censé être une réplique drôle ça ou c’est juste une réplique noyée au milieu des autres ? ». Grosse gêne. Et la scène de la torture mon Dieu mais quelle bêtise : torture du héros par un ancien nazi, ouh, c’est mal c’est horrible. Dans la foulée, inversion des rôles et torture du nazi par le héros: c’est fun. C’est cool. C’est la rigolade. Mais quel abruti.

Ce qui sauve (un peu) Agents très spéciaux, c’est son matériau de base : une adaptation de Des Agents très spéciaux, c’est, si on est pas trop con ni styliste chez Desigual, la garantie d’acteurs, de décors et de costumes, glamour et stylés. L’action se déroulant dans les années 60, décennie particulièrement fertile à ce niveau là, le film est très plaisant visuellement. C’est joli quoi. Comme un joli livre d’images qu’on prendrait plaisir à feuilleter d’un œil un peu distrait. Et puis le casting est bien, avec des acteurs jolis eux aussi, et qu’on ne s’est pas encore lassé de voir à l’écran : de gauche à droite sur la photo ci-dessous, Alicia Vikander, Armie Hammer, Henry Cavill.

AGENTS-UNE
C’est joli.

« C’est tout ? » C’est tout. Mais c’est dimanche soir. C’est la rentrée. La fin de l’été. C’est déjà pas mal finalement.

Publicités

2 réflexions sur “Agents très spéciaux – Code U.N.C.L.E – critique

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s