Gemma Bovery – critique

Martin est un ex-bobo parisien reconverti plus ou moins volontairement en boulanger d’un village normand. De ses ambitions de jeunesse, il lui reste une forte capacité d’imagination, et une passion toujours vive pour la grande littérature, celle de Gustave Flaubert en particulier. On devine son émoi lorsqu’un couple d’Anglais, aux noms étrangement familiers, vient s’installer dans une fermette du voisinage. Non seulement les nouveaux venus s’appellent Gemma et Charles Bovery, mais encore leurs comportements semblent être inspirés par les héros de Flaubert. Pour le créateur qui sommeille en Martin, l’occasion est trop belle de pétrir – outre sa farine quotidienne – le destin de personnages en chair et en os. Mais la jolie Gemma Bovery, elle, n’a pas lu ses classiques, et entend bien vivre sa propre vie… (Allociné)

La 1ère phrase du pitch est absolument effrayante… Le film lui-même peut l’être également j’imagine.

En fait, Gemma Bovery est le prototype du FDV, Film De Vieux. Cultureux, avec au casting des acteurs bien embourgeoisés (qui mieux que Luchini dans cette catégorie?), un contexte provincial, un rythme arthritique pour surtout perdre personne en route (« qu’est-ce qu’il a dit? j’ai pas entendu ») etc.

Bonjour Madame
Bonjour Madame

Il se laisse suivre comme un téléfilm du samedi soir sur France 3 : dans une bienveillante mollesse donc. Ah la campagne normande… Ce vert, partout, tout le temps, cette herbe grasse, ces vieilles fermes aux façades à colombages, ce bon pain… TRES IMPORTANT la bouffe dans les FDV bien sûr, puisque la bouffe est essentielle pour les vieux tout courts : l’opportunité de moments de convivialité, de discussion et de réparties amusées (« It’s strong » dit Gemma Aterton en goûtant le breuvage offert par Luchini; « It’s calva… » répond ce dernier, provoquant le sourire malicieux de milliers d’enseignants lecteurs de Télérama à la retraite).

Gemma Bovery, je l’ai vu chez moi alors que j’étais englué à mon canapé par une bonne grosse grippe. J’ai fait pause pour une bonne petite sieste d’1h au miyeu, impeccable. Pour situer le niveau d’intérêt du truc. Mais oui quand j’y repense, c’est ça: un film à voir l’après-midi, sur la digestion (ou sur une poussée de fièvre donc). Le soir c’est chaud, puisqu’on commence très vite à somnoler devant mais comme il est déjà tard avec leurs connerie de film qui démarre à 21h, on va se pieuter et du coup on voit jamais la fin: c’est pas un film dont on crève d’envie de savoir comment il se termine (de manière particulièrement grotesque pour info).

Tout ça pour dire qu’on était en droit d’attendre un truc un peu plus alerte de la part d’Anne Fontaine.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s