Mon rêve 17

Aujourd’hui… bah n’importe quoi, comme toujours.

Je me trouve à une sorte de soirée de lancement de boisson alcoolisée, pour de la Smirnoff on va dire.
Un événement tout ce qu’il y a de distingué donc, avec ados buveurs de Redbull en rut (ou plutôt « ados en rut buveurs de Redbull »), musique qualitative à fond les bpms dans les enceintes et hôtesses accortes. Je me sens un brin pas à ma place et m’amuse de tant de bon goût et de cérémonial : tout le monde s’agite dans tous les sens et avec un sérieux disproportionné pour installer des tapis rouges, des genres de trônes cheapos aux dorures… cheapos, des cordons rouges eux aussi, pour contenir la foule attendue face aux védettes manifestement attendues elles aussi. Certaines personnes totalement surexcitées décident même de patienter assises en lotus dos à la scène pour préserver la surprise de la découverte de l’installation. En un mot : c’est n’importe quoi.

Moi c’est comme si j’assistais à tout ça depuis les coulisses, en tout cas depuis « l’organisation » car je réalise tout à coup que j’ai accès à la sono. Je décide donc de faire un happening situationniste et de détourner la playlist à coups de

ou de

On est d’accord que c’est davantage une blague potache mais dans ma tête (dans ma tête dans mon rêve, man, inception), c’est un vrai happening situationniste, un geste politique fort. Che Grande remise.

Quoiqu’il en soit, le ton monte dans l’organisation dont les membres commencent à me houspiller avec une certaine véhémence. Ils se mettent même à me courser en vérité, je dois m’enfuir.

Bim, le truc i.e. l’ « évènement », a tout à coup débuté. C’est vraiment un truc énorme, avec une foule considérable, et une scénographie monumentale : j’arrive donc à me fondre dans la masse, à jouer avec le décor et à échapper à mes poursuivants. Je me pense tiré d’affaire (ils étaient vraiment très remontés contre moi) lorsque je vois fondre sur moi Kate Winslet, visiblement résolue à me mettre le grappin dessus. Et quand je dis « mettre le grappin », je dis mettre le grappin.

« Bonjour Grande remise »

Bon, a priori, j’ai rien contre et je serais même complètement OK, on va pas se mentir mais là on est dans un rêve tordu et si elle est bien en mode red carpet, elle ressemble pas vraiment à la photo ci-dessus : il faut plutôt l’imaginer maquillée comme un camion volé, grimée en vérité, comme une vieille diseuse de bonne aventure de fête foraine. Comme si elle s’était fait la tronche d’Elie Semoun dans une de ses petites annonces en compagnie de Franck Dubosc, dent en moins inclue.

Ca se voit pas là mais il a une dent en moins dans ce sketch.

Je tente de lui échapper, et j’y parviens, alors que je m’enfonce dans la pénombre et dans une sorte d’escalier en colimaçon extrêmement large, emprunté par énormément de monde et censé déboucher je ne sais où.

Mais alors que je me crois (à nouveau) tiré d’affaire et que je m’arrête pour reprendre mon souffle, la voilà qui réapparaît sans crier gare et qui s’approche de moi, tout sourire, en mode séduction et dévoilant une immonde dentition.

Et je me réveille.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s