Mon rêve 2

Avant-hier j’ai rêvé que je rendais visite à Michael Stipe (le chanteur de REM).

J’ignore ce qui a pu susciter ce rêve : je n’aime pas REM, je n’aime pas Michael Stipe non plus, je ne les ai ni vu ni entendus, ils ne sont pas « apparus » dans mon quotidien au cours des jours qui ont précédé. Mystère absolu de l’inconscient.

Bon, je me rends donc chez Michael Stipe, pour une raison que j’ignore : je sais juste que je suis chez lui. Il vit dans un genre d’ancienne plantation sudiste comprenant plusieurs bâtiments dont une résidence principale similaire à celle des grands propriétaires terriens de l’époque, type le Monticello de Thomas Jefferson (colonnes ioniques et tout le tintouin).

Je sonne à la porte, ding dong, il m’ouvre. Il est cool mais sans plus, un peu distant. Il a exactement la tête qu’il a actuellement, visible sur la photo ci-dessous.

michael-stipe_0

Il propose de me faire faire le tour du propriétaire : c’est là que je me rends compte que le domaine est immense, qu’il y a plein de dépendances avec tout un tas de gens qui s’affairent de partout dans tous les sens, en plus des visiteurs. Je pense très fort « eh bah putain mon salaud » : il me demande de répéter ce que je viens de dire alors que je suis persuadé de ne pas l’avoir prononcé à voix haute. Je me sens un peu con.

Là on arrive devant un genre de boutique souvenirs/cafétéria et ça me scie de trouver ce truc à cet endroit donc j’en peux plus, je lui pose la question : « mais putain, c’est à vous tout ça ?!?! ». Je suis vraiment virulent, limite agressif : même dans mes rêves manifestement, je n’aime pas du tout REM. Il me répond le plus calmement et naturellement du monde que oui, avec tous les fans de REM qui viennent visiter le domaine tous les jours, il lui a semblé que c’était une bonne idée d’ouvrir une cafète. OK.
Du coup il propose de s’installer en terrasse pour boire un verre. Sur la carte, que des trucs bio/vegan (je crois avoir lu un jour qu’il l’était). Bon, on est bien là, rilax, il commence à se détendre mais moi je suis toujours aussi abasourdi donc je lui repose la question : mais bordel, vous vous êtes hyper bien démerdés quand même, je pensais pas que vous étiez aussi blindés. Et là le mec me répond « Yeah… It escalated quickly ». Citant presque mot pour mot l’une des répliques cultes prononcée par Will Ferrell dans Anchorman.

Du coup on se marre comme des baleines. Et je me réveille.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s