#2 American Pie

61105163_americanpie_800x1200
Mortifié pour avoir été surpris par ses parents devant un film X, Jim, élève de terminale, fait un pacte avec sa bande de copains : ils doivent devenir des hommes avant leur entrée à la fac. Il leur reste trois semaines pour utiliser toutes les techniques possibles de séduction. Tous les moyens sont bons, même les plus inattendus, car chaque jour compte. Une chose est sûre, Jim ne regardera plus jamais une tarte aux pommes de la même façon ! (Allociné)

Les choses étant vraiment bien faites, la 2ème entrée du top est une comédie conforme à la ligne éditoriale parfois je-te-fais-recracher-tes-Chocapics de Grande remise.

Mais le fait est que j’adore ce film. A tel point que je le connais vraiment par cœur et que certaines répliques font désormais partie de mon « lexique » personnel.
Ca n’a pas toujours été le cas : je l’avais même trouvé non seulement nul mais assez détestable la toutoute première fois en salles. Je me souviens qu’à l’époque, prof dans un collège, mes élèves me suppliaient de le leur diffuser lorsque, le programme bouclé et les conseils de classe derrière nous, nous passions les dernières heures de cours à regarder des films. Je me souviens m’être dit que merde, on est mal barré avec de pareils apprentis cinéphiles : j’ai l’air malin maintenant.

C’est en discutant ardemment sur le forum cinéma d’Allociné avec un de ses brillants défenseurs, un internaute très érudit et raffiné, que j’ai envisagé de lui donner une 2ème chance et que son génie (son GENIE) m’est apparu évident.
Même si le « message » (pour utiliser un trop grand mot pour un film aussi premier degré) est tout à fait respectable, on est pas chez Apatow ou les Farrelly ici: l’objectif, c’est avant tout la marrade. Et là évidemment, rien de plus subjectif (avec la frousse: ce qui me fait rire/peur te laissera peut-être indifférent et inversement, et ça s’explique rarement de façon rationnelle). Mais il y a un vrai regard plein de tendresse sur chacun des héros du film, ça aussi ça a fini par me toucher. Et ma propre tendresse pour ce film m’a amené, au bout du compte, à me faire sourire jusque lors de la scène la moins drôle du film, celle qui lui donne son titre.

Au final et rétrospectivement, American Pie restera un spécimen assez unique dans le paysage de la comédie américaine : ni rejeton du Saturday Night Live, ni neo-comédie à la Apatow, il est un teen movie humble et sans prétention qui n’a lui même pas vraiment fait école ni porté chance à ses principaux acteurs. Je n’ai ainsi aucun film à recommander dans la même veine : Porky’s, son « modèle », a quand même vachement vieilli, et ses différentes suites ne sont pas du même niveau.

Les plus sceptiques noteront enfin que son co-créateur et co-réalisateur, Paul Weitz (qui a co-signé le film avec son co-frère, Chris Weitz) a par la suite signé plusieurs comédies adultes et subtiles des plus recommandables. J’y reviendrai dans un futur billet.

Une réflexion sur “#2 American Pie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s