Sébastien Tellier – Le Bikini, Toulouse

4ème concert du grand Séb pour moi, je n’ai raté que la tournée Politics.
La dernière fois, sur la tournée de l’Alliance bleueMy God Is Blue, c’était grandiose. J’en parle un peu ici.

L’Aventura, c’est mon album de l’année pour l’instant, avec le Ty Segall. L’Aventura devant quand même. Quoiqu’impatient de découvrir l’album en live et surtout de revoir Tellier sur scène, j’avais quand même quelques craintes : comment un album aussi arrangé et foisonnant allait-il supporter la transposition live ? A moins de jouer avec 15 musiciens…

sebastien tellier
Grosse surprise : alors que les fois précédentes la salle était bondé, ce soir le Bikini n’est qu’à moitié plein. Et encore, je devrais plutôt dire qu’il est à moitié vide tant on ne se sent jamais à l’étroit, même dans les 1ers rangs. Sébastien Tellier n’intéresse donc plus personne, même après son meilleur album à ce jour (ok, ça se discute parce que Sexuality quand même… Et la bo de Narco… M’enfin, un album remarquable en tout cas). Si, en bon music nerd un peu snob qui se respecte ça me fait un tantinet plaisir quelque part, je trouve ça quand même assez triste : Sébastien Tellier, pour le grand public, c’est donc probablement et définitivement le mec un peu bizarre qui a représenté la France à l’Eurovision il y a quelques années et qui fait sa promo un peu bourré chez Ruquier tous les 2 ans. C’est tout.

Peu, très peu de monde donc, et sans doute pas mal d’invités : j’entends par là des gens qu’on n’imaginerait jamais assister à un concert de Sébastien Tellier voire à un concert tout court. Chelou…

Il est accompagné de 4 musiciens : un batteur, un bassiste, un percussionniste, un clavier. Le set démarre par Ma Calypso : il ne chante pas hyper juste, c’est pas super en place. Bon, ça va sans doute s’améliorer se dit-on. Sauf que non : ça reste bancal, ni fait ni à faire (le bassiste notamment, me semble totalement hors jeu). Cochonville fait presque peine à entendre… Les anciens morceaux se voient appliquer un traitement « tropicaliste » trop artificiel et léger, ceux de l’Aventura manquent de texture… Peut-être qu’avec une formation plus élargie, avec des cordes ? Mais là non, ça ne fonctionne pas. Curieusement, c’est sur l’Amour et la violence, pourtant l’un des morceaux qu’on aurait sans doute le moins imaginé subir ce traitement, que ça marche le mieux. Très belle version.

Après évidemment, reste le « personnage » Sébastien Tellier, superbe showman. Encore une fois, il a une dégaine incroyable : casquette, chemise à fleurs sous une sorte de veste de basketteur (type veste d’échauffement NBA), longue écharpe multicolore, pantalon rose pâle, y a que lui pour avoir la classe avec un tel accoutrement. Il est toujours aussi bavard et drôle entre les morceaux, digressant sur ses pratiques télévisuelles (« le Mentalist : aucun sens »), sur les boissons favorites des toulousains, sur sa démarche artistique, son comportement sur scène, imitant Stromae etc. Rien de nouveau pour qui l’a déjà vu sur scène mais je marche toujours.

Dans la dernière partie, il s’installe derrière son piano : « maintenant je vais jouer ma plus belle chanson, celle que j’aime jouer depuis toujours ». C’est évidemment La Ritournelle et c’est magnifique, la plus belle version qu’il m’ait été donné d’entendre sur scène, plus habitée, enveloppante et touchante que jamais. Je me dis qu’il aurait pu arrêter sa carrière après ce morceau, tellement unique, tellement emblématique, tellement parfait. Air a Sexy Boy, Daft Punk a Da funk, Phoenix a Too Young, pour Sébastien Tellier, c’est La Ritournelle. J’adore quand un artiste et une chanson se voient liés ainsi « pour la vie », lorsqu’après toutes ces années il continue à la jouer avec autant d’envie et de passion. Je trouve ça très touchant. Je lui en voudrais pas de capitaliser là-dessus (c’est très exactement ce que faisait son Confection sort l’an dernier, et c’était sublime) mais Sébastien Tellier préfère se réinventer tous les 2 ans, et ce soir, même si ça ne fonctionne que trop rarement (à noter un génial Sexual Sportswear quand même), même si on a le droit d’être déçu, je ne lui en tiens pas rigueur, j’ai entière confiance en lui et en sa capacité à continuer à nous surprendre et à nous bluffer. Ce concert est clairement le moins bon des 4 que j’ai pu voir mais paradoxalement, je le trouve encore plus touchant, je l’aime encore plus.

Et je n’ai qu’une envie, c’est de voir qu’il va nous réserver par la suite. Et le revoir sur scène un peu plus tard sur cette tournée. My God is Séb.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s