Au bout du conte – critique

Möbius n’était plus à l’affiche, 40 ans mode d’emploi non plus (il passait de toutes façons en VF, ça sera donc un visionnage tranquille à la maison dans les prochains jours) et le Malick merci mais non merci. Le Dumont m’intrigue pas mal mais j’ai pas envie de ça en ce moment.
J’ai donc opté pour ce film middle of the road et NQF (nouvelle qualité française). A ce sujet, j’ai  eu droit juste avant à la bande annonce de sa version UMP, Des gens qui s’embrassent, le nouveau chef d’oeuvre de Danièle Thompson.

Au bout du conte donc. Un film tout en couches, tout en superpositions : de la même façon que ses personnages féminins de middle-aged gauchistes soft, genre instits ou assistantes sociales un peu fatiguées, rajoutent un jupon sur des collants en laine, un foulard puis un pashmina sur leur châle, et enfin un boa et un chapeau pour couronner le tout, il empile les personnages, les histoires, les symboles, les uns sur les autres, au petit bonheur la chance, un peu en dépit de toute logique, dans un simple souci d’accumulation généreuse et bienveillante.

Comme il fait bon vivre dans cette cuisine... Note les mugs quand même.
Comme il fait bon vivre dans cette cuisine… Note les mugs quand même. Qui contiennent probablement un excellent thé vert issu du commerce équitable.

En tout cas, les lecteurs de Télérama et auditeurs de France Inter doivent adorer. Ils avaient bien sûr massivement investi la salle : lunettes rondes et barbe grisonnante pour monsieur, imprimés pseudo-ethniques, cheveux courts ou ramassées en chignon négligé pour madame.
Les sympathisants de droite doivent quant à eux passer un sale moment devant cet étalage de tolérance, de leçon de vie, de culture. C’est toujours ça de pris.
Sur le public enfin, on ne sait plus très bien si ce sont les films du couple qui finissent par lui ressembler ou l’inverse : ça se drape dans son idéologie de gauche mais ça n’ira pas jusqu’à voter Poutoux ou même Mélenchon, ça glissera docilement son bulletin PS dans l’urne. Ca pourrait être méprisable mais c’est attendrissant quelque part cette tiédeur.

Et puis au fond, le film est un peu foireux dans sa tentative de faire dialoguer contes de fée/réalité, il manque un peu de subtilité et/ou de profondeur, il est très plan-plan mais il se suit agréablement. Les BacriJaoui ne sont pas des metteurs en scène de génie mais on oublie un peu trop souvent qu’ils ont écrit Smoking/No Smoking et On connait la chanson. C’est pas rien quand même. Ca déroule donc gentiment, Bacri bacrise avec un systématisme un peu lassant mais c’est aussi, voire surtout pour ça qu’on l’aime et la conclusion, aussi inattendue que logique, est assez jolie.

On passe donc un bon moment pour peu qu’on fasse preuve d’indulgence.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s