Jack White – Blunderbuss


Si j’ai bien eu mon petit frisson White Stripes, un peu comme tout le monde en somme, je ne me considère pas comme un fan de Jack White. Certes, j’ai été bluffé par White Blood Cells et Elephant et je me souviens encore avec une boule au ventre de ce vendredi soir où, exténué par une semaine de dur labeur, je renonçai à la dernière seconde à me rendre au concert du groupe dans un bar. Oui oui, un bar. Où je me serais retrouvé à, grand maximum, 10m du duo. C’était juste après la sortie de White Blood Cells, avant Elephant, Seven Nation Army et le succès planétaire donc. Bon sang… Si j’y étais allé, je pourrais faire comme les 50 millions de connards qui, c’est toujours le cas avec les petits groupes devenus gigantesques, se la racontent et prétendent les avoir vu avant-qu’ils-aient-du-succès-tu-vois-parce-que-dès-Elephant-si-tu-veux-mon-avis-c’est-déjà-plus-pareil. Sauf que moi j’aurais VRAIMENT pu les voir avant tout le tintouin. « Tu te rends compte, si j’étais allé les voir, j’aurais vu leur concert » dirait Johnny. Je me console en me disant que ça n’aurait fait que me rendre encore plus cool et désirable que je ne le suis déjà : je ne sais pas si le monde pourrait le supporter et ma propre capacité à supporter sur mes frêles épaules une telle responsabilité a ses limites.

Tout ça pour dire que mon intérêt pour Jack White est allé en s’amenuisant au fil des années et des projets. Elephant, puis Get Behind Me Satan, puis Icky Thump, OK. Le premier Raconteurs, ouais, bien. Le second, ouais pas mal, mais un peu rien à foutre en fait (je l’ai réécouté du coup : il est génial). The Dead Weather ? Même pas écouté une seule fois.

J’ai quand même jeté une oreille à Blunderbuss, son premier album solo et… ben c’est vachement bien. Du rock whitesque pur jus, savamment mâtiné de country et de soul, c’est propre, c’est inspiré, il est quand même super doué. Et côté comm et marketing, son concept de 2 groupes (l’un composé de mecs, l’autre de nanas) pour assurer les concerts (il joue alternativement avec l’un ou l’autre, parfois les 2 dans la même soirée, au gré de ses envies) est une putain de bonne idée, presque aussi bonne que celle de la charte graphique de son premier projet. Donc, pour résumer, Blunderbuss, c’est bieng, il faut l’écouter.

A bientôt.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s