Pronostics César 2018

Cette année, j’ai décidé non pas de dissoudre l’Assemblée Nationale mais de livrer mes pronostics sur les nominations aux César dont la cérémonie aura lieu demain soir. Débrief de la cérémonie (présentée cette année par le sympathique Manu Payet, déjà un bon point par rapport à l’an dernier) si j’ai le temps pendant le weekend.
J’ai pas vu tous les films (Patients? Le film de Grand Corps Malade? Sans déconner?) mais le jour où on pourra pas critiquer sans savoir, ça sera le début de la fin.

  • Meilleur film :
    120 Battements par minute
    Au Revoir là-haut
    Barbara
    Le Brio
    Patients
    Petit Paysan
    Le Sens de la fête

Souhait: Petit paysan, haut la main. Un film très « cinéma français 2018 » en plus, qui colle vraiment à son époque je trouve. Ce qui peut-être perçu comme un défaut aussi, je te l’accorde.
Vainqueur probable: 120 Bpm. Sans appel je suppose.

 

  • Meilleure actrice :
    Jeanne Balibar (Barbara)
    Juliette Binoche (Un beau soleil intérieur)
    Emmanuelle Devos (Numéro Un)
    Marina Foïs (L’Atelier)
    Charlotte Gainsbourg (La Promesse de l’Aube)
    Doria Tillier (Monsieur & Madame Adelman)
    Karine Viard (Jalouse)

Souhait: que Doria Tillier ne soit pas nommée (non mais sans déconner… direct « meilleure actrice », sans passer par la case « meilleur espoir féminin »? En vertu de quoi? J’ai rien contre elle mais c’est n’importe quoi) et que Nicolas Bedos n’ait jamais existé. Mais c’est pas la question. Je dirais donc Juliette Binoche, sur des critères purement hetero-beaufs.
Vainqueur probable: Balibar l’a pas déjà eu? Si oui, Binoche, sinon ça sera Balibarbara. Biopic, biopic d’auteur, faux-biopic d’auteur, faux biopic d’auteur d’artiste inattaquable, faux biopic d’auteur d’artiste inattaquable réalisé par son ex, n’en jetez plus.

Malgré une scène de danse AVEC LES YEUX FERMES

 

  • Meilleur acteur :
    Swann Arlaud (Petit Paysan)
    Daniel Auteuil (Le Brio)
    Jean-Pierre Bacri (Le Sens de la fête)
    Albert Dupontel (Au Revoir là-haut)
    Guillaume Canet (Rock’n’Roll)
    Louis Garrel (Le Redoutable)
    Reda Kateb (Django)

Souhait: Swann Arlaud, à la fois charismatique, naturel et interprète. Prestation de haut vol.
Vainqueur probable: Bacri, pour une forme de consécration. En plus il sera pas là, donc les réacs diront encore « et voilà, bravo la France, les mecs sont payés des fortunes et ils font la gueule, pas foutus de se déplacer » et blablabla. Et tout le monde est content.

L’Homme qui a vu la bête

 

  • Meilleure actrice dans un second rôle :
    Laure Calamy (Ava)
    Anaïs Demoustier (La Villa)
    Sara Giraudeau (Petit Paysan)
    Adèle Haenel (120 Battements par minute)
    Mélanie Thierry (Au Revoir là-haut)

Souhait: Laure Calamy, assez insupportable en mère borderline mais ça serait une belle reconnaissance pour cette actrice toujours impeccable chez tout le monde.
Vainqueur probable: les yeux grands ouverts d’Adèle Haenel.

 

  • Meilleur acteur dans un second rôle :
    Niels Arestrup (Au Revoir là-haut)
    Laurent Lafitte (Au Revoir là-haut)
    Gilles Lellouche (Le Sens de la fête)
    Vincent Macaigne (Le Sens de la fête)
    Antoine Reinartz (120 Battements par minute)

Souhait: Macaigne, même s’il macaignise à mort dans ce rôle (et film) paresseux.
Vainqueur probable: Macaigne, en mode adoubement-par-l’establishment-du-chien-fou-longtemps-underground.

 

  • Meilleur espoir féminin :
    Iris Bry (Les Gardiennes)
    Laetitita Dosch (Jeune Femme)
    Eye Haidara (Le Sens de la fête)
    Camélia Jordana (Le Brio)
    Garance Marillier (Grave)

Souhait: Iris Bry, une vraie révélation pour le coup, bluffante dans un rôle super grave qu’elle endosse avec une innocence et un aplomb remarquables.
Vainqueur probable: Laetitia Dosch pour ce que je pressens être LE grand moment de gêne de la soirée lors de son discours de remerciement (à moins bien sûr qu’on ait droit à la présence de Marion Cotillard pour une raison x ou y). Sinon Camelia Jordana, qui le mériterait tant elle est remarquable dans un rôle pas facile qui prêtait le flanc à la caricature.

Et pas de nomination pour Laura Smet… LAETITIA SALOPE !!!

 

  • Meilleur espoir masculin :
    Benjamin Lavernhe (Le Sens de la fête)
    Finnegan Oldfield (Marvin ou la belle éducation)
    Pablo Pauly (Patients)
    Nauel Pérez Biscayart (120 battements par minute)
    Arnaud Valois (120 battements par minute)

Souhait: aucun.
Vainqueur probable: Nauel Pérez Biscayart, vainqueur quasi annoncé; les autres, inutile de vous déplacer.

 

  • Meilleure réalisation :
    120 Battements par minute
    Au Revoir là-haut
    Barbara
    Grave
    Petit Paysan
    Le Redoutable
    Le Sens de la fête

Souhait: Je vais pas tout attribuer à Petit paysan… Grave est un peu trop Femis à mon goût et je n’ai pas aimé Barbara mais je salue le vrai parti-pris de ce dernier. Alors va pour Amalric.
Vainqueur probable: 120 Bpm (baîllements)

 

  • Meilleur film étranger :
    Le Caire Confidentiel
    Dunkerque
    L’échange des princesses
    Faute d’amour
    La La Land
    Noces
    The Square

Souhait: La La Land… Ah non pardon, je m’ai trompé, Dunkerque.
Vainqueur probable: La La Land. Ah non pardon, je m’ai trompé, The Square.

 

  • Meilleur premier film :
    Grave
    Jeune femme
    Monsieur & Madame Adelman
    Patients
    Petit Paysan

Souhait: qu’on fasse monter Nicolas Bedos sur scène pour lui faire croire qu’il a gagné puis qu’on lui dise « haha mais va crever grosse merde! » et qu’on l’éjecte à grands coups de pieds au cul. Sinon, Petit Paysan, qui d’autre sans déconner?
Vainqueur probable: Grave, pour montrer qu’on sait s’encanailler dans l’establishment.

Ce type me rend violent.

 

  • Meilleur scénario original :
    120 Battements par minute
    Barbara
    Grave
    Petit Paysan
    Le Sens de la fête

Souhait: dois-je vraiment le préciser?
Vainqueur probable: Le sens de la fête, pour montrer qu’on sait être populaire dans l’establishment. Et qu’on soutient l’effort national.

 

  • Meilleure adaptation :
    Au Revoir là-haut
    Les Gardiennes
    Patients
    La Promesse de l’aube
    Le Redoutable

J’ai lu aucun des bouquins donc je me prononcerai pas. C’est le Dupontel qui l’aura j’imagine.

 

  • Meilleur musique originale :
    120 Battements par minute
    Au Revoir là-haut
    Grave
    Petit Paysan
    Visages Villages

Souhait et vainqueur probable: 120 Bpm, Arnaud Rebotini, irréprochable.

 

  • Meilleur son :
    120 Battements par minute
    Au Revoir là-haut
    Barbara
    Grave
    Le Sens de la fête

Pas d’avis sur celui là.

 

  • Meilleur film d’animation :
    Le Grand méchant renard et autres contes
    Sahara
    Zombillénium

Je n’ai vu que Le Grand méchant renard qui est plutôt original et mignon.

 

  • Meilleur court-métrage d’animation :
    Le futur sera chauve
    I want Pluto to be a planet again
    Le jardin de minuit
    Pépé le Morse

J’en ai vu aucun

 

  • Meilleur film documentaire :
    12 jours
    A voix haute, la force de la parole
    Carré 35
    I am no your negro
    Visages Villages

Idem

 

  • Meilleur film de court-métrage :
    Les Bigorneaux
    Le Bleu blanc rouge de mes cheveux
    Debout Kinshasa
    Marlon
    Les Misérables

Pareil que Miguel

 

  • Meilleur montage :
    120 Battements par minute
    Au Revoir là-haut
    Barbara
    Petit Paysan
    Le Sens de la fête

M’en cogne un peu mais celui du Sens de la fête donne au film son rythme assez impeccable.

 

  • Meilleure photographie :
    120 Battements par minute
    Au Revoir là-haut
    Barbara
    Les Gardiennes
    Le Redoutable

Souhait: Les Gardiennes, qui parvient à évoquer L’Angelus de Millet et à s’en affranchir en même temps. Superbe travail de la grande Caroline Champetier.
Vainqueur probable: Au Revoir là-haut

 

  • Meilleurs décors :
    120 Battements par minute
    Au Revoir là-haut, Barbara
    La Promesse de l’aube
    Le Redoutable

Souhait: Le Redoutable, parce que la reconstitution est impeccable et parce que ça ferait chier pas mal de monde que le film reparte malgré tout avec une récompense.
Vainqueur probable: Au Revoir là-haut. La rédaction (et la lecture peut-être) de ce billet ressemble au visionnage de la cérémonie: tu démarres plein d’enthousiasme, assez rapidement tu trouves le temps long et tu finis en expédiant les dernières catégories.

 

  • Meilleurs costumes :
    120 Battements par minutes
    Au Revoir là-haut
    Barbara
    Les Gardiennes
    La promesse de l’aube

C’est une blague d’avoir nommé 120 Bpm? M’en fous un peu sinon. C’est le Dupontel qui l’aura évidemment.

Song to Song – critique

Une histoire d’amour moderne, sur la scène musicale d’Austin au Texas, deux couples – d’un côté Faye et le chanteur BV, et de l’autre un magnat de l’industrie musicale et une serveuse – voient leurs destins et leurs amours se mêler, alors que chacun cherche le succès dans cet univers rock’n’roll fait de séduction et de trahison. (Allociné)

Je pensais faire un break mais là c’est pas possible, ça me démangeait trop.

D’un côté Rooney Mara et Ryan Gosling, de l’autre Michael Fassbender et Natalie Portman. Les 2 premiers sont des artistes: elle gratouille sur scène avec les Black Lips (sans déconner), lui a des chaussures complètement pourries. Elle a même un énorme portrait d’Arthur Rimbaud chez elle, c’est pour te dire. Fassbender en revanche est un gros enculé: ses chaussures sont impeccables. Il a du bagout, des fringues super classe, du pognon à plus savoir quoi en faire.

La Portman apparaît seulement au bout d’une grosse demi-heure et Fassbender tombe immédiatement sous le charme. Elle dit être instit mais ne pas avoir trouvé de boulot (ah bon), donc elle est serveuse. Fassbender fait tout pour qu’elle se fasse virer car il veut s’occuper d’elle, il est complètement libre dans sa tête le mec.
En réalité c’est un producteur méphistophélique et il veux travailler avec Ryan Gosling. Qui sort avec Rooney Mara qui elle couche en même temps avec Fassbender (ou couchait? Je sais pas et je m’en fous).
A un moment on les voit tous les 3 durant un voyage au Mexique. C’est super le Mexique, les gens y sont tellement plus authentiques, tellement plus proches des vraies valeurs. Et puis la tequila y est tellement pas chère, franchement, c’est abusé comment c’est pas cher de se mettre une race là bas !

Bon, c’est horrible. Mais vraiment. Horrible à un point tel, et c’est bien ça le plus horrible, que t’en viens à douter de la beauté et de la fulgurance des premiers films de Malick (les 4 premiers, jusqu’au Nouveau Monde inclus). Je te jure, j’ai presque peur de revoir Les Moissons du ciel maintenant…

On retrouve donc tout ce qui fait son cinéma depuis Tree of life: la voix off quasi exclusive, le montage, les « moments », plus que les séquences ou même les scènes, les peaux, les mains, les nuques (nom de Dieu de bordel de merde, j’ai jamais vu autant de nuques dans un seul film) et les pseudo-aphorismes atterrants mi-poésie (de merde) mi-discours signifiant de pubard (de merde) :

« I love your soul » évidemment, la base (« beautiful soul », équivalent anglo-saxon de notre « belle personne »)
« Mama, you gave us so much »
« Scare me… come closer »
etc etc etc. Y a que ça en fait, toujours en voix off donc.
A un moment, Rooney Mara minaude et se roule dans un rideau, on jurerait une pub. Ces pubs qui s’inspirent du cinéma de Malick, et qu’il a fini par réaliser lui-même (le truc avec Angelina Jolie là, qui a dû coûter plus cher que La Ligne rouge et Le Nouveau monde réunis). Ca pourrait durer 10 minutes ou 4 heures, ça serait pareil.
Un peu après la scène du rideau, Rooney Mara, toujours elle, ou plutôt sa voix off, dit « I love pain. It means life ». J’ai éclaté de rire. Oui, ça pourrait durer encore 4h comme ça: ça faisait 45 minutes environ, j’ai estimé que c’était déjà trop, j’ai quitté la salle. Pour la 2ème fois de ma vie seulement. Pour un film de Terrence Malick. La tristesse putain…