#92 Teenage Fanclub – Songs From Northern Britain

C’est Grand Prix, leur précèdent album, qui est généralement cité comme LE chef d’oeuvre de Teenage Fanclub mais, même si à ce niveau d’excellence et d’appréciation ça veut pas dire grand-chose, je lui préfère celui-ci. Start Again, c’est comme The Concept : à la fois une ouverture parfaite et une de mes chansons préférés tous artistes et périodes confondues. Quant à I don’t want control of you je la tiens, très objectivement (je le pense), pour une des plus parfaites pop-songs jamais écrites.

Tout ça pour dire : Grand Prix, oui, bien sûr mais Grand Prix c’est un peu l’album de la « révolution » (on baisse le volume, on monte les harmonies vocales). L’album de la perfection, c’est celui-ci selon moi.

Best Coast – The Only Place

Je n’ai pratiquement aucun souvenir du premier album de Best Coast : je me souviens vaguement d’un disque au son assez brut, voire bruitiste. Un truc encensé par Pitchfork donc forcément un peu suspect pour le vieux con en devenir qui sommeille en moi. Un truc qui m’avait vaguement gonflé, suffisamment en tout cas pour que je n’y revienne plus.

J’ai quand même décidé de jeter une oreille à leur deuxième, The Only Place, sur les bons conseils d’un web-bro (oui j’essaie de lancer de nouveaux termes) qui se reconnaîtra s’il a trouvé le chemin jusqu’ici .

Et j’en suis fort satisfait puisque le disque est bon: un rayon de soleil printanier au milieu de notre grisaille quotidienne. C’est que du bonheur!

Trêve de cynisme: The Only Place est un petit bonbon acidulé taillé pour les amoureux de pop californienne, à ranger pas loin des disques de Coconut Records, Jellyfish ou Linus of Hollywood (pour le fond).
Sur la forme, on penche davantage du côté de la guitar-pop 80s mais quoiqu’il en soit, rien de plus classique: guitare-basse-batterie, couplet-refrain-couplet-refrain-pont-refrain. C’est sans surprise mais c’est frais. C’est naïf mais limpide. Ca fait beaucoup penser aux Bangles (et c’est évidemment un compliment). C’est le disque de jeunes hipsters un peu branleurs mais touchants, dont le seul mais immense privilège est de vivre en Californie. Car la best coast, c’est évidemment la west coast. Tout est résumé dans le chanson-titre, elle-même parfaitement illustrée dans un clip 100% teenage, 100% kawai: en Californie, on a la mer, la montagne, on est cool, on aime glander en regardant les oiseaux voler, une douce brise sur le visage, on s’éclate toute l’année, c’est the only place for me.

C’est pas le meilleur disque de l’année, c’est juste un petit plaisir coupable, un disque un peu anecdotique et vite classé sur une étagère mais qu’on sera toujours content de réécouter lorsqu’on tombera dessus, par hasard ou pas.