Quarts de finale Ligue des Champions 2014-2015

Ils sont les meilleurs
Sie sind die Besten
These are the champions

Die Meister
Die Besten
Les grandes équipes
The champions

Je m’en lasse pas. Le morceau de musique classique préféré de Karim Benzema (true story).

En guise de préambule, si tu veux rigoler un bon coup et te foutre de ma gueule, tu peux jeter un oeil à ma nalyse pré 8èmes de finale. Grande remise, le blog numéro 1 sur les pronostics.

Atletico Madrid – Real Madrid

Comme ça va vite… Fin 2014, le Real était absolument intouchable, effrayant toute l’Europe du football. Certains évoquaient même la possibilité d’un contrat à vie pour Carlo Ancelotti… Aujourd’hui, après un terrible passage à vide en janvier-février (dû à l’absence, notamment, de la paire PepeRamos. Varane est super doué et prometteur mais va falloir se calmer, il n’est encore « que » prometteur, il lui reste beaucoup à apprendre), l’équipe semble en reconstruction et manque de confiance/repères. Le match à Barcelone a néanmoins montré de très belles choses (défaite très injuste) mais voilà, alors qu’on aborde le money time, tout semble à refaire ou presque. On évoque même un départ d’Ancelotti pour Manchester City… Quoiqu’il en soit, ça va un peu mieux : le retour en forme de Luka Modric, le Johan Guetta des Balkans, est essentiel. C’est LUI l’équilibre de l’équipe.
Côté Atletico en revanche, c’est d’une constance assez hallucinante : oh, ils se ratent bien sur un match ou 2 par-ci, par-là (comme ce weekend à Malaga d’ailleurs), mais une telle intensité, une telle envie et une telle qualité sur une 2ème saison d’affilée, c’est bluffant. Bravo à eux et à leur gourou, Diego Simeone, pour lequel les joueurs semblent prêts à tout sacrifier. C’est LA bête noire du Real sur les 2 dernières saisons, ils leur ont collé une danse monumentale début février (4-0, score flatteur pour le Real). J’ai peur. Très peur.

Paris Saint Germain – Barcelone

Oui, ça va vraiment très vite… Fin 2014, Luis Enrique était sur un siège éjectable. Aujourd’hui, l’attaque du Barca (Keen VHannibal Lecter-un expert comptable, pour mémoire) foutrait la trouille aux avocats de Sarkozy eux-mêmes, qui sont pourtant blindés.
Et le PSG… Bah, je me suis tellement planté en ce qui concerne leur confrontation face à Chelsea que je m’autorise plus aucune opinion. Ils m’ont fait vibrer ces cons !
Ceci étant, le match retour sera la 8ème confrontation entre les 2 équipes depuis 2 saisons, la 4ème celle-ci : les limites, déjà constatées évidemment, de cette formule « fermée » de la Champion’s League.

Juventus Turin – AS Monaco

Après l’élimination d’Arsenal, tous les observateurs s’accordent à donner de bonnes chances à cette belle équipe d’exilés fiscaux mais… Mais c’est oublier un peu vite que face aux londoniens, au match aller, les monégasques ont eu énormément de réussite, transformant 3 fois autant d’occasions, et ont serré très fort les fesses au match retour, faisant littéralement sous eux à chaque attaque des Wenger boys.
Et puis, même si Pogba est absent (il est si énorme que ça ce mec? Sérieux? J’attends pour ma part de le voir évoluer dans un vrai championnat l’année prochaine), c’est mettre de côté un peu vite que la Juve cette année c’est toujours Buffon, Pirlo, un Tevez en feu et un Morata en constante progression : le Real dispose d’une option de rachat « préférentielle » du joueur à l’issue de la saison prochaine. S’il continue sur sa lancée actuelle, il sera rapatrié à Bernabeu, ça fait pas un pli.
Belle confrontation en perspective en tout cas, avec un soutien inconditionnel de Grande remise pour la thune chelou contre la classe ouvrière. La base.

FC Porto – Bayern Munich

Non content d’avoir violé le Chakhtior Donetsk lors des 8èmes, le Bayern bénéficie du tirage dont tout le monde rêvait. Quelqu’un pour douter de leur passage en douceur ? Pas moi en tout cas : avec un Real en perte de vitesse et un Barca sans doute encore trop fragile défensivement, le Bayern est désormais LE favori de cette édition 2014-2015 de la Ligue des Champions. Je vois mal qui pourrait empêcher Xabi Alonso de soulever un 3ème trophée avec un 3ème club différent, même si ça me fait mal de l’admettre.

Publicités

Vie sauvage – critique

Philippe Fournier, dit Paco, décide de ne pas ramener ses fils de 6 et 7 ans à leur mère qui en avait obtenu la garde.
Enfants puis adolescents, Okyesa et Tsali Fournier vont rester cachés sous différentes identités. Greniers, mas, caravanes, communautés sont autant de refuges qui leur permettront de vivre avec leur père, en communion avec la nature et les animaux.
Traqués par la police et recherchés sans relâche par leur mère, ils découvrent le danger, la peur et le manque mais aussi la solidarité des amis rencontrés sur leur chemin, le bonheur d’une vie hors système : nomades et libres.
Une cavale de onze ans à travers la France qui va forger leur identité. (Allociné)

vie_sauvage
Je reviens brièvement sur ce film que j’ai raté en salle, comme pas mal de monde j’ai l’impression. C’est dommage car il est très intéressant et confirme le retour en forme de Cédric Kahn après l’excellent Une vie meilleure.

Le réalisateur est à son meilleur lorsqu’il filme des personnages en mouvement malgré eux, en cavale ou lancés dans une fuite en avant (comme dans Roberto Succo , Feux rouges ou Une vie meilleure donc). On comprend très vite que Vie Sauvage leur emboîte le pas via une ouverture impressionnante qui laisse entendre qu’on ne va pas respirer très confortablement pendant un bon moment. Et c’est le cas : Vie Sauvage est bien un film de cavale, et c’est sur cet aspect là qu’il convainc le plus.

Lorsque ce père en fuite et ses 2 garçons parviennent finalement à se poser, ou lorsque Kahn cède à la tentation « transcendantaliste » (communion avec la nature, rupture idéalisée avec la société corrompue-corruptrice, le côté Walden du film en somme), c’est un peu naïf.

Un peu seulement, et pas longtemps : une ellipse absolument géniale (quoi de plus symbolique et concret à la fois qu’une coupe de cheveux pour signifier le temps qui passe ?) retend le film comme dans ses premières minutes : ce père rebelle, anarcho-crevard (il se rêve en indien des campagnes gerso-normandes) a, le plus logiquement du monde, élevé 2 rebelles. C’est à la fois implacable mais également très beau car cette rébellion trouve finalement sa source dans les sentiments, qui, semble nous dire Cédric Kahn, prendront toujours le pas sur les convictions, la détermination, la force de caractère.

Dans sa dernière partie, le réalisateur se permet à nouveau un génial coup de force narratif en laissant totalement de côté un Mathieu Kassovitz jusque là omniprésent (et excellent, comme souvent) pour retrouver le personnage de la mère (Céline Salette, très bien également même si un peu trop jeune pour le rôle) dans un dernier quart d’heure huis clos assez ébouriffant où la sécheresse côtoie à nouveau les sentiments les plus violents (les Dardenne co-produisent le film, c’est pas une surprise).

Je ne saurais donc trop conseiller une petite séance de rattrapage pour ce film à la fois âpre et profondément émouvant.

#40 Michel Houellebecq – Présence Humaine

3298491600077_600
Voilà un album dont la réputation est peu à peu en train de s’affirmer et de s’établir : c’est souvent la même histoire, à force de répéter que tel disque est un classique oublié, il devient un classique tout court au bout d’un certain temps.

En tant que fan de Bertrand Burgalat ET de Michel Houellebecq, je l’ai évidemment tout de suite acheté, aimé et élevé au rang de classique de ma discothèque.
Si le rapprochement entre les 2 auteurs a pu paraître très surprenant à première vue, il est ensuite devenu l’évidence même : l’univers ultra pop et coloré de Burgalat se révèle souvent plus inquiet qu’il n’y paraît et l’écriture de Houellebecq, souvent qualifiée de glauque (pour faire court) n’en est pas moins pourvue d’un vernis ou d’aspirations très solaires. Sommets du genre, Playa Blanca et les Pics de pollutions, qui donnent à la fois envie de jerker avec style ET de se foutre une balle dans le cul (« Fin de soirée, les estivantes prennent un 2ème apéritif. Elles échangent des regards pensifs, remplis de douceur et d’attente »).

Présence humaine c’est aussi la naissance de l’un des meilleurs groupes français du monde, les magnifiques AS Dragon première mouture. J’ai dit tout le bien que je pensais d’eux dans ce papier. Et leur album live, en compagnie de Burgalat, fait partie de mon top 100.
C’est cependant le groupe Eiffel qui joue sur Présence humaine : AS Dragon s’est formé pour la tournée consécutive à la sortie du disque. Le clavier du groupe, Michaël Garçon, revient ici sur un des moments les plus WTF, sublimes et wock’n’woll de l’histoire du rock français.

J’ai eu la chance d’assister au concert toulousain de la tournée et 15 ans après, ça reste un souvenir très fort et vivace : Michel Houellebecq, transpirant et quasiment en transe dans sa parka, déclamant ses textes en dépit de tout sens du rythme, accompagné d’une bande de mecs un peu louches, super classe et qui envoient avec nonchalance, sinon détachement, un rock teinté de heavy soul qui tabasse violemment. Grand souvenir.